Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 10:08
CARTE calama'  CARTE calama

 

Nous sommes arrivés à San Pedro de Atacama le 13 décembre. Il s'agit d'un village à la fois très typique avec des rues pavées et des maisons en adobe et très touristique avec des agences proposant des excursions tous les 5m. Le village est agréable. Il a fait bien chaud : entre 35 et 40°, il faut dire que la région est un désert, un des plus arides du monde.

 

MONTAGE-ATACAMA.jpg

 

Etant donné les prix pratiqués par les agences, nous étions contents d'être autonomes dans nos déplacements! Certaines pistes ont été difficiles mais nous avons pu passer partout où nous voulions.

Nous avons passé 3 nuits et 3 jours à San Pedro mais nous aurions largement pû y passer plus de temps compte tenu de tout ce qu'il y a à voir dans les environs. Nous avons fait plusieurs escapades.

 

La laguna Cejar : une magnifique lagune dans le désert de sel. On peut s'y baigner à condition de bien se désaler ensuite car on ressort tout blanc! D'ailleurs, les abords sont de la terre mélangée à beaucoup de sel. Les enfants se sont éclatés dans l'eau, les adultes n'ont trempé que les pieds.

 

lagune en entier

lagune

 

Nous sommes ensuite allés voir los ojos del salar : 2 grands trous d'eau sur la piste qui mène à une autre lagune, toujours dans le désert.

 

ojos de atacama

 

La lagune suivante était magnifique, la laguna Tebinquiche : complètement blanche de sel, du sel tout autour. Elle était très peu profonde et de marcher dedans donner une impression très spéciale, presque irréelle.

 

laguna

montage-lagune.jpgu

 

Nous avons ensuite fait un tour dans la cordillère sel. C'est tout à fait étonnant car ce sont des montagnes mais en fait c'est du sel essentiellement, agloméré à de la roche et recouvert de poussière rouge. En s'approchant de plus près, on voit des cristaux de sel partout!

 

cordillère de sel 

Le canion de la cordillère de sel conduit à la vallée de la mort : le paysage se transforme alors et devient tout de sable, de dunes. Les touristes y viennent faire du sandbord. Nous sommes allés y faire un tour et les enfants se sont éclatés à dévaler une dune en courant.

 

Vallée de la mort

 

Nous avons également exploré la vallée de la lune. Nous y sommes allés au coucher de soleil où le relief pourpre et sel est étonnant mais aussi de jour où la chaleur y est écrasante. Cet endroit est hors du commun, on pourrait effectivement se croire sur la lune (enfin, ce qu'on en imagine!).

 

Couché soleil vallée de la lune

 

Vallée de la lune de jour

 

Nous avons ensuite mis le cap sur le volcan Tatio à 90km de piste de San Pedro de Atacama. Toue le monde déconseille aux camping-cars d'y aller car la piste est mauvaise mais nous savons que d'autres voyageurs y sont déjà passés avec des véhicules comme le nôtre alors pourquoi pas nous? Nous avons tenté le coup! Nous avions rencontré la veille un couple de jeunes français (de Montpellier!) qui souhaitaient également s'y rendre avec leur petite voiture de location et qui étaient un peu inquiets de la route, du coup, nous avons fait le trajet ensemble. Heureusement, car ils se sont ensablés et nous avons pû les dégager. Le route était superbe, encore une fois!

 

trajet SPA à tatio

 

Nous sommes montés à 4400m d'altitude pour atteindre le champs de geysers d'El Tatio. Nous y sommes arrivés à la nuit où il faisait 2°. Nous avons payé l'entrée pour le lendemain et avons été autorisés à entrer pour une heure le soir-même pour profiter de la piscine naturelle : une piscine aménagée à partir d'un geyser. Un petit glougloutement fait sortir de l'eau bouillante qui coule dans un bassin naturel et chauffe l'eau qui vient du volcan. Du coup la température de l'eau est irrégulière, il y a même des courants brulants qui sortent du sable au fond du bassin. Nico et les enfants se sont baignés et ont adoré, fannie était trop gelée. Mais il faut reconnaitre qu'au coeur de la montagne, au milieu des geysers qui glougloutent et avec nos nouveaux amis français, c'était magique.....

 

Nous avons passé la nuit à l'entrée du parc afin d'être sur place au petit matin, en effet, pour apprécier le spéctacle pleinement, il faut être au milieu des geysers vers 5h30, heure à laquelle le contraste entre la température extérieure et celle qui sort des geysers est la plus importante car c'est là que c'est le plus impressionnant. Guillaume et Cécile devaient dormir dans leur voiture mais on accepté notre proposition de dormir dans le campin-car étant donné la température extérieure prête à passer en dessous de 0° quand nous sommes allés au lit. Il faut dire aussi que nous étions tous patraques à cause de l'altitude.

 

Au matin (il faisait encore nuit), nous sommes rentrés à nouveau dans le parc et avons pu apprécier le paysage avec le lever du jour avant que les bus remplis de touristes arrivent : la montagne, et des fumeroles partout, des bouillonnement et jaillisements un peu partout, un spectacle inoubliable. Nous étions arnachés comme pour aller au ski car le froid était saisissant mais nous avons adoré. Tout le monde a souffert de l'altitude combinée au fait de s'être levé si tôt. Nous avons fait une pause en rentrant au camping-car pour essayer de récupérer puis vers 10h, quand tous les touristes ont été  partis, nous avons fait un gros petit déjeuner avec Guillaume et cécile.

 

tatio au petit matin

 

montage tatio

Tatio

 

Après avoir repris nos esprits, nous sommes retournés nous baigner, cette fois en famille, un super souvenir!

 

piscine-tatio.jpg

 

Nous avons repris la route en début d'aprèe-midi, toujour accompagnés de nos nouveaux amis français qui allaient dans la même direction : Calama. C'est depuis cette ville que nous écrivons cette mise à jour. Nous y avons fait une halte de 3 jours dans un camping : vidange du camping-car, réparation de la table, réserve de nourriture, d'eau et de gazoil, école, achats pour noël etc... cette ville perdue au milieu de rien est surprenante par sa modernité. A l'approche des fêtes de fin d'année et avant d'entrer en Bolivie, nous avons, il faut bien l'avouer, apprécier de faire des courses dans un "vrai" centre commercial avec un peu de tout!

 

Nous allons quitter définitivement le Chili pour rejoindre la Bolivie et n'aurons sans doute pas accès à internet avant un bon moment.

 

NOUS VOUS SOUHAITONS A TOUS

D'AGREABLES FETES DE FIN D'ANNEE!!!

 

 

Repost 0
Published by en-vie-dailleurs - dans Chili
commenter cet article
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 08:20
CARTE PASO DE JAMAS   CARTE PASO DE JAMAS'

 

Nous nous sommes posés quelques jours à Salta, au camping municipal. Les enfants ont pu profiter de l'immense piscine et Nico a fait quelques travaux au camping-car, sans réussir à réparer le frigo qui dysfonctionne depuis quelque temps. Ces quelques jours nous ont permis de rattraper un peu de retard pour l'école et de commencer à préparer les décorations de noël.

 

montage salta

 

Cette pause a été propice aux rencontres avec d'autres voyageurs. Ainsi, nous avons rencontré un danois qui voyage seul avec son van ainsi qu'un couple de français avec leurs 3 grands enfants (les cigognes en vadrouille). Nous avons également lié d'amitié avec un couple de brésiliens, Julia et Eduardo qui nous ont aidés à planifier la fin de notre périple qui se déroulera dans leur pays. Nous avons partagé plusieurs repas.

 

julia y eduardo

 

On ne peut pas vraiment dire que nous avons visité Salta mais notre halte dans cette ville nous a permis de régler quelques affaires courantes : internet, achat de pièces mécaniques, courriers etc....

Nous sommes tout de même montés au point de vue pour admirer la ville depuis un point panoramique.

 

IMGP5591'

 

Nous avons ensuite continué notre route vers le nord, en direction de Humahuaca afin de pouvoir observer le cerro Hornocal autrement appelé "cerro de los 21 colores". Malheureusement, suite à la pluie, une coulée de boue ayant endommagé la piste y conduisant, nous n'avons pas pu y accéder. Décidément, la météo influe sur notre route depuis quelque temps.

 

IMGP5622

 

Cependant, nous ne regrettons pas ce détour car la route conduisant à ce site est tout à fait superbe, la quebrada de Humahuaca : collines et montagnes de différentes formes et couleurs.

 

113 1112'

 

Nous avons donc rebroussé chemin pour prendre la direction du Chili et avons fait une halte au petit village de Purmamarca. Celui-ci se situe au pied du cerro de los 7 colores classé au patrimondial mondial par l'Unesco. Les couleurs des montagnes y sont époustouflantes et les ruelles de ce petit village, contruit entièrement en adobe, sont très agréables.

 

IMGP5692'

 

IMGP5703'

montage purmamarca

 

Nous y avons retrouvé au hasard des rues nos amis Eduardo et Julia (le couple de brésiliens rencontrés à Salta). Nous y avons campé avec eux 2 jours au pied du Cerro et avons profité des talents de cuisinier d'Eduardo.

 

La route qui nous a ensuite conduits jusqu'au Chili était de toute beauté. Nous avons évolué dans plusieurs types de paysages, des montagnes colorées, des portions désertiques et minérales et enfin une grande étendue de sel : les salinas grande. C'était tout à fait superbe : un immense champ de sel avec des tranchées destinées à l'extraction.

 

salinas-grande.jpg


  montage-salinas-grande.jpg

Nous avons fait une pause à Susques, petit village typique du nord argentin pas du tout touristique et avons visité sa très jolie église dont beaucoup de parties sont en bois de cactus.

 

montage-eglise-sousques.jpg

La dernière portion de notre trajet jusqu'au Chili nous a plongés dans un dédale de lagunes et de montagnes aux couleurs qui donnaient l'impression d'avoir été estompées au doigt. Nous sommes passés, par 2 fois, au-delà des 4800m d'altitude, en pleine cordillère des Andes, ce qui n'a pas été sans conséquences sur nos organismes (grosse fatigue et gène respiratoire pour les adultes et absence d'appetit pour Lou).

 

115_13121.jpg

 

IMGP6097-.jpg

 

Avant d'arriver à San Pedro de Atacama au Chili, une des étapes phares de notre périple, nous avons longé le superbe volcan Licancabour sur les dernières dizaines de kilomètres.

 

licancabour.jpg

 

On vous racontera San Pedro de Atacama au Chili dans la prochaine mise à jour!

 

 


Repost 0
Published by en-vie-dailleurs - dans URUGUAY-ARGENTINE
commenter cet article
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 10:08
  CARTE-salta---.gif   salta.jpg

 

Une fois sur les sommets de la cordillère, nous avons passé 2 nuits dans le parc provincial Aconcagua. A 3000m d’altitude, il se situe au cœur de superbes paysages. Il y a plein de couleurs et de nuances différentes : du vert, du noir, du bordeaux, de l’ocre et les photos ne permettent pas de vraiment vous montrer cette palette. En toile de fond, le volcan Aconcagua qui culmine à près de 7000m avec, bien sûr, un chapeau de neige. Il n’a pas autant la tête d’un volcan que ceux que nous avons vus dans les régions des lacs argentine et chilienne mais les montagnes qui l’entourent ainsi que sa hauteur forcent l’admiration. Ici, nous avons retrouvé des températures bien fraiches : 5° la nuit dans le camping-car.
 

23 11 2012 Aconcagua'

 

Nous y avons fait une petite randonnée d’1h30 pour parcourir une faible distance car l’altitude avait un peu écrasé les forces de toute la famille. Il faut dire, qu’en bons novices, nous étions passés la veille, du niveau de l’océan le matin à 3000m d’altitude le soir.
 

23 11 2012 Aconcagua2

 

En reprenant la route, nous sommes passés à Puente del inca, creusé naturellement dans la roche et au pied duquel avaient été construits, il y a bien longtemps, des thermes. C’est joli mais ça ne vaut pas un détour, c’était bien qu’il se soit trouvé sur notre chemin. 

 

puente del inca

 

Nous avons encore roulé au cœur de la cordillère quelques dizaines de kilomètres dans de superbes paysages.
 

cordillère après aconcagua

 

Nous avons fait une pause à Uspallata, un joli petit village tout vert au milieu de montagnes minérales. Il donne l’impression d’être une oasis. 

 

IMGP4845'

 

Après avoir fini de traverser la cordillère, nous  avons passé 2 jours à Potrerillos. Nous y avons rencontré Julietta et Fernando avec qui nous avons partagé d’agréables moments. Ils nous ont également donné pas mal de conseils sur les sites intéressants à voir dans la suite de notre parcours, plus au nord du pays.
 

26 11 12 (2)'

 

A partir de là, le cadre de notre périple a complètement changé et nous avons même eu l’impression de changer de pays. Les paysages étaient secs et désertiques et….il faisait très chaud ! 

 

28 11 12 (5)'

 

Nous souhaitions visiter le parc provincial Ishigualasto (appelé aussi vallée de la lune comme de nombreux autres endroits en amérique du sud). Ce site est classé au patrimoine mondial de l’humanité. Nous y tombions un soir de pleine lune et, à cette occasion, les guardaparques proposent des visites de nuit mais nous avons eu la malchance d’avoir de gros nuages qui ont caché la lune pratiquement tout le long ce qui a carrément gâché notre visite !

 

Ishigualasto

 

L’étape suivante a été le Parc National Talampaya, également classé au patrimoine mondial par l’Unesco. Pour nous rendre sur le site de la visite, nous étions contraints de prendre notre véhicule et rapidement, nous avons senti que Valentin était un peu lourd pour passer sans encombre la piste sablonneuse. Cependant, devant l’assurance du guide qui nous accompagnait, nous avons tenté de passer mais nous avions bien évalué la situation au départ : nous nous sommes lamentablement ensablés.
 

talampaya embourbés

 

Après une rapide intervention du guardaparque avec son 4X4, nous avons dû modifier notre circuit et au final, c’est une plus belle visite que celle qui était prévue que nous a organisée le guide : nous avons couplé le Canion de Talampaya et la Quebrada de Don Eduardo, les 2 sites phares du parc. Nous avons marché 10km dans du sable rouge, au milieu de formations rocheuses pourpres, superbes et vertigineuses.

 

30 11 12 (4)'

Talampaya quebrada de don edourado

30 11 12 (88)'

Talampaya canion

 

Cette visite nous a donné l’occasion de voir de nombreux animaux : des lièvres de patagonie, un nandou avec ses petits, un renard, un tatou etc….
  

animaux talampaya 2

animaux talampaya 1

 

En poursuivant notre chemin, nous sommes passés par la Cuesta de Miranda, une piste qui serpente dans la montagne au milieu de roches toujours rouges et des cactus énormes. 

 

cuesta de miranda

 

Nous avons fait une halte d’une nuit à Chilecito, un gros bourg sans charme où nous avons passé une des pires nuits jusqu’à maintenant à cause du bruit des argentins qui faisaient la fête. Cependant, nous sommes montés au point panoramique en haut duquel trône une énorme statue du Christ et à partir duquel on bénéficie d’une très belle vue sur les environs.
 

1er 12 12 (100)'

 

L’étape suivante, à Londres, nous a donné accès à nos premières ruines incas du voyage: les ruines d'El Shinkal . Si quelques bâtiments ont été restaurés, il reste beaucoup de fondations des constructions. Ce n’est pas tant les ruines que les paysages et l’atmosphère qui se dégage du lieu qui sont émouvants. 

 

ruines Incas El shincal à Londres

 

Nous devions ensuite nous rendre chez le père de Fabiana dans la région de Tucuman. Rappelez-vous, nous avions rencontré Fabiana à El Calafate, au sud du pays (voir l’article que nous avions alors publié ICI). Pour atteindre Villa Quinteros, nous avons parcouru 240km de piste en une journée,  20km/h la plupart du temps. D’abord une piste plate et droite mais longue et mauvaise car truffée de tôle ondulée. Ensuite, Nous avons dû franchir la montagne Aconquija.
Une première ascension d’une 20aine de kilomètres de piste dans un paysage aride au possible, du minéral et des cactus sous un soleil de plomb. La route serpentait dans la montagne (on la voit sur la photo), bien sûr, un paysage superbe mais pratiquement aucune rambarde tout le long du trajet.
 

 

03 12 12 (13)

 

Puis une petite vallée avec une autre ascension d’une 20aine de kilomètres de piste dans une paysage humide, au milieu d’une végétation abondante. Un contraste impressionnant à quelques dizaines de kilomètres de distance. A nouveau, un paysage superbe mais pratiquement aucune rambarde de sécurité. La piste était boueuse et dans certains virages en épingle dans la descente où il n’y a pas de parapet, les nerfs de Fannie ont été mis à rude épreuve.
 

aconquija

 

Bref, un trajet éprouvant qui a duré toute la journée, dont Valentin a encore souffert et qui a nécessité une grande concentration de Nicolas. Beaucoup avaient voulu nous décourager de faire cette route. Nous sommes vraiment contents de l’avoir parcourue car nous avons beaucoup aimé les paysages mais nous reconnaissons que c’est la plus dangereuse que nous ayons prise jusqu’à maintenant : l’aventure pour de bon !
 A la nuit, nous avons été accueillis à bras ouverts par Jesus (le père de Fabiana), sa compagne Estefania et leur petite Marisol de 4 ans. Nous nous sommes posés 2 nuits dans leur jardin. Jesus nous a fait visiter sa fabrique de briques en adobe, nous nous sommes régalés ! 

 

fabrique de ladrillos de jesus

 

Merci à Jesus, Estefania et Marisol pour leur accueil chaleureux !
 

blog-jesus.jpg

 

En repartant de chez nos nouveaux amis, nous devions visiter les vallées calchaquies ainsi que les nombreux petits villages dont elles regorgent ainsi que les ruines de Quilmes. Malheureusement, à cause d'éboulements de terrain, la route était complètement fermée. Nous avons donc dû laisser de côté cette partie du pays et continuer notre route au Nord pour arriver à Salta le jeudi 6 décembre.

 

Dans la prochaine mis à jour, on vous racontera notre pause dans cette grande ville et notre chemin jusqu'à la frontière chilienne.

 

 


Repost 0
Published by en-vie-dailleurs - dans URUGUAY-ARGENTINE
commenter cet article
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 02:30
CARTE passage des andes passage des andes

 

Le 16 novembre dernier, nous sommes arrivés à Santiago. Habituellement, nous ne visitons pas les grandes villes pour tout un tas de raisons : les difficultés pour circuler et stationner en camping-car, les problèmes de sécurité, les enfants ne peuvent pas jouer aussi facilement à l’extérieur que quand on est en pleine nature …
Mais cette fois, nous étions attendus par Estelle et Christophe, un couple de français expatriés depuis plus de 3 ans. Ils nous ont accueillis dans leur belle et agréable maison. Sans eux, nous n’aurions sans doute pas visité la capitale chilienne.


Merci Estelle et Christophe
(Merci à Vincent et Chritelle de nous avoir mis en contact avec ce couple adorable)

 

IMGP4383''

 

Nous avons profité de leur petit nid douillet pendant plusieurs jours. Nous avions des lits, une salle de bain rien que pour nous, une machine à laver, une piscine, une cuisine, internet à toute heure du jour et de la nuit… Nico en a profité pour faire les dernières réparations du camping-car et Valentin a été nettoyé du sol au plafond…c’était pas du luxe !
Nous avons passé 2 jours à visiter Santiago grâce aux conseils et cartes de nos hôtes et au fait qu’ils aient facilité nos déplacements. Santiago est, bien sûr, une ville plus moderne que celles que nous avions l’habitude de voir au Chili. Ce qui frappe c’est qu’on a beau se balader sur des trottoirs entourés de bâtiments et gratte-ciels, quand on lève les yeux, c’est les hautes montagnes de la cordillère qui envahissent le champ de vision.
 

18 11 2012 santiago 2nd jour+zoo

 

Nous avons vu de très beaux endroits et avons visité le centre culturel où les enfants ont pu participer à des activités, notamment de la peinture virtuelle sur écran. Il faisait très chaud et ils ont aussi passé pas mal de temps à jouer dans les fontaines. 

 

santiago'

 

Suite à l’annulation d’une visite, nous avons visité le zoo de Santiago au plus grand bonheur des enfants (moins du notre car les animaux n’avaient pas l’air bien traités). 

 

18 11 2012 santiago zoo

 

Estelle nous a également emmenés en promenade dans la nature juste à côté de chez eux. Ceci nous a permis d’avoir d’autres panoramas sur la ville. Nous avons croisé une grosse araignée, de la même espèce que celle que nous avions vue dans le parc Nahuelbuta (une araignée pollo qui, parait-il, est très douce et aime se faire caresser….on n’a pas essayé !). Les enfants ont également pu monter sur l’immense cheval du garde. 

 

balade vers santiago

 

Ces quelques jours chez Estelle et Christophe nous ont permis de faire une pause confortable et même salvatrice. En effet nous vivons une aventure extraordinaire en famille, nous sommes en vacances tout le temps mais c’est aussi une aventure éprouvante.
La lecture de blogs d’autres voyageurs nous fait nous interroger sur l’écart qu’il peut y avoir entre l’aventure réelle qu’ils vivent et ce qu’ils racontent dans leur blog. Nous avons donc décidé de jouer d’autant plus la carte de la transparence avec nos lecteurs (ceux qui nous connaissent savent à quel point nous sommes sincères et entiers !). 
N’allez pas croire que nous nous plaignons, mais nous avons envie de vous en dire un peu plus sur le côté souvent « caché » d’un voyage comme le nôtre. 


-     Notre cerveau est sans arrêt en ébullition et ça fatigue mine de rien
-      Parler une langue étrangère
-    Chercher presque tous les soirs un endroit secure pour dormir (et si possible agréable). On dort souvent dans de beaux endroits dont certaines photos sont sur le blog mais on dort aussi souvent dans des stations-services ou de parkings de poids lourds.
-    Faire les courses dans des pays où il n’y a presque rien de ce qu’on a l’habitude d’acheter et de cuisiner, Sachant que tout n’est pas toujours frais….      
-    Faire les conversions pour la monnaie
-    Veiller à avoir toujours de l’eau potable
-    Veiller à pouvoir se doucher au moins 2 fois par semaine. Parfois dans des endroits sordides et pas toujours avec de l’eau chaude .
-    Essayer de trouver des connexions internet
-    Gérer les problèmes du camping-car
-    Gérer les enfants sans jamais avoir un moment pour le couple et/ou pour soi

-    Trouver des endroits pour faire laver le linge

 -    Veiller toujours à avoir suffisamment de gazoil car souvent, on parcourt plusieurs centaines de kilomètres sans croiser une pompe

-    veiller à cacher les objets de valeur à chaque fois qu'on sort du camping-car et de ne rien laisser à la vue.
-    Vider les toilettes 3 fois par semaine minimum dans un endroit éloigné d’habitations et de cours d’eau
-    Définir un itinéraire (ce qui implique des choix) et trouver sa route
-    L’école avec les enfants, une torture et un combat autant pour eux que pour nous : au quotidien et chaque mois envoyer les évaluations ce qui implique de les faire faire soi-même à l’enfant, de les photographier avec suffisamment de lumière, de les recadrer et de les envoyer en France dans les temps (ce qui suppose une bonne connexion internet sur plusieurs heures) à un relais qui va lui-même les imprimer pour les envoyer au CNED. On rappelle à tous les voyageurs que le CNED dans le cadre d’une inscription règlementée, n’est pas du tout adapté à un voyage comme le nôtre.
-    Vivre dans la promiscuité, le bordel et la crasse en permanence (parce que c’est pas possible de faire autrement)
-    Les coups de blues d’être si loin de tous ceux qu’on aime et de se sentir seuls en cas de galère

-   .........

Alors effectivement, il est plus agréable de communiquer sur les bons moments en famille, les magnifiques paysages et les rencontres exceptionnelles mais un voyage comme le nôtre, ce n’est pas que ça et nous avions envie de faire part de cette face moins sympa de la réalité car le blog se veut retracer l’intégralité de l’aventure.

 

Cela dit, vous savez quoi ? On est super heureux de ce qu’on vit !!!

 

Bref, continuons la suite de nos aventures : Le 21 novembre nous avons repris la route, cette fois en direction de la côté pacifique pour atteindre le jour-même Valparaiso. Après avoir rencontré beaucoup de difficultés pour nous garer dans les rues étroites et escarpées de la ville, nous avons finalement trouvé une place accessible à Valentin et qui nous semblait secure, dans les quartiers colorés.
Nous avons pris le funiculaire à plusieurs reprises. 

 

funiculaire valparaiso

 

A midi, nous avons mangé dans un boui boui dont nous avions rencontré la propriétaire de façon fortuite dans le funiculaire. L’utopia est à recommander à tous les voyageurs qui passent par-là : très bon, repas traditionnel, accueil sympathique et pas cher. 

 

IMGP4398'

 

 

Nous avons ensuite flâné sur les hauteurs de la ville, dans les collines couvertes de ruelles colorées surplombant l’océan en mangeant des glaces et avons visité le musée des beaux arts.


valparaiso

 

 De beaux (dans le sens qu'ils sont bien faits) graffiti couvrent les murs un peu partout, en voici un petit échantillon. 

 

tags valparaiso

 

Après cette visite fort agréable de Valparaiso, nous avons suivi la côte sans trouver de bivouac avant d’atteindre Concon où nous avons bivouaqué au bord de l’océan. Nous étions finalement contents de retrouver notre Valentin pour passer la nuit après notre pause à Santiago, tout comme Estelle et Christophe ont dû être contents de retrouver une maison tranquille après le passage de nos furies. 

 

concon

 

Le lendemain, nous avons rejoint l’Argentine en empruntant le « paso de los andes » et on a compris pourquoi il est nommé ainsi ! On s’est retrouvés en pleine cordillère et avons passé un col à 3185m d’altitude. Le paysage était superbe et ça montait, ça montait, ça montait…… 

 

IMGP4588'

 

En plein milieu d’un tunnel, nous sommes passés en Argentine sans pour autant avoir franchi la frontière située plusieurs dizaines de kilomètres plus loin.

De superbes paysages de cordillère vous attendent dans la suite de nos aventures, avec notamment, le volcan Aconcagua.


Repost 0
Published by en-vie-dailleurs - dans Chili
commenter cet article
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 21:51
CARTE-santiago.gif

santiago.jpg

 

Le 2 novembre, nous sommes revenus au Chili. Nous avons retrouvé l’asphalte avec plaisir quelques kilomètres après avoir passé la frontière. Il était temps, nous avions vraiment besoin d’une pause dans les mauvaises routes, même les enfants s’en plaignaient. Cependant, une nouvelle roue a explosé dès que nous avons pu rouler à 90km/h, la gomme avait été trop endommagée par les pistes. Le bout de pneu qui s’est détaché pendant l’explosion a fait un gros trou dans la partie inférieure du plancher (partie la plus proche du sol) créant un gros nuage de poussière à l’intérieur étant donné que ça a arraché les toilettes de la cloison. Les fils électriques qui alimentaient les clignotants latéraux arrières ont également été arrachés. Ceci se rajoute au pied de la table cassé, à l’évacuation des eaux usées à réparer et plein de petites autres choses qui n’ont pas résisté aux secousses et vibrations dues aux différentes pistes que nous avons empruntées. 

 

galère novembre


Nous avons passé 2 jours à Pucon. Nous y avons visité un petit musée Mapuche ce qui nous a permis d’en apprendre un peu plus sur l’histoire de ce peuple que nous avions eu le plaisir de rencontrer quelques jours plus tôt.

 

musée mapuches pucon

 

 Il faisait beau et nous avions une vue magnifique sur le volcan Villarica. 


volcan villarica à Pucon

 

Nous avons ensuite pris la route de Chiloe, en direction du Sud et nous avons fait une halte à Panguipulli où nous avions programmé de croiser Eliane et José un couple de belges qui ont voyagé avec nous sur le Grande Buenos Aires. Nous avons été très contents de les revoir, il faut dire que cette expérience de 25 jours en cargo vécue ensemble, crée des liens. Panguipulli dispose aussi d’une vue superbe sur un lac avec des montagnes. 

 

IMGP3688'

 

Nous avons ensuite roulé jusqu’à Pargua pour y prendre un transbordeur qui nous a fait traverser le canal de Chacao pour atteindre l’île de Chiloe. Fidèle à sa réputation, celle-ci nous a offert 3 jours de pluie et de brume.  C’est d’ailleurs peut-être à cause du mauvais temps que nous n’avons pas réussi à apprécier cette île dont la beauté est pourtant louée par beaucoup de voyageurs et de guides touristiques. L’île est jolie : un paysage qui fait un peu penser à la Bretagne, des maisons aux bardages colorés, des palafitos (maisons en bois sur pilotis), des vaches et de belles églises typiques etc…. Cependant, nous ne pensons pas qu’elle vaut le détour que nous avons dû faire pour la visiter. Par ailleurs, à cause de la pluie incessante, de l’eau s’infiltrait par le trou dans le plancher jusque dans la salle de bain, Nico a dû trouver un système provisoire en attendant une vraie réparation.  

 

07 11 12 Chiloé

 

En reprenant la route en direction du nord, nous avons bivouaqué à Puerto Varas avec le mauvais temps puis à Frutillar, avec le beau temps cette fois. 2 jolis villages en bord de lac avec vue sur différents volcans mais nous n’avons pas pu les voir car ils étaient cachés dans les nuages. Notre halte à Frutillar a été marquée par la rencontre d’une famille chilienne qui nous a invités à manger et à passer la nuit dans leur jardin. On remercie Freddy, Lenny et leurs enfants pour leur accueil.

 

frutillar

 

L’étape suivante a été Valdivia. Une assez grande ville au bord du pacifique dans lequel se jettent 2 fleuves qui traversent la ville. Nous avons eu la chance d’y arriver pour le week-end du carnaval du printemps, avec un temps magnifique qui a duré tout le temps de notre court séjour de 3 jours! Nous avons assisté au défilé du carnaval et à des spectacles.
 

10-11-12-Valdivia-carnaval1.jpg

 

Nous y avons été rejoints par nos amis anglais (souvenez-vous, la famille avec le gros truck Dakar) ce qui nous a fait très plaisir à tous. Nous partageons chaque fois que nous les voyons, de très agréables moments et les enfants ont des amis pour jouer. 

 

Nous avons fait 2 fois le marché au poisson et acheté du saumon pas cher (5€ le kg) et succulent. Les lions de mer et autres oiseaux marins (cormorans, pélicans etc..) s’y pressent en masse pour récupérer les restes de poissons. 

 

valdivia marché-ville

 

Nous avons été à la plage. Les enfants se sont éclatés ! Le paysage était superbe : le sable noir, les collines couvertes de forêts, avec quelques petites maisons colorées, se jettent dans le pacifique. De la plage, on voyait les pélicans pêcher mais l’eau était bien froide.

 

valdivia niebla

plage de niebla

 

Nous avons ensuite remis le cap au nord en direction de Santiago. Nous avons fait un crochet par Angol pour accéder au Parc National Nahuelbuta : un des derniers refuges des araucanias, pins endémiques qui sont devenus une espèce protégée. Leurs graines (sortes d’énormes pignons de pin) étaient la base de l’alimentation des mapuches, indiens qui peuplaient ces régions avant l’arrivée des conquistadores. Ces arbres sont tout simplement majestueux ! 

 

PN Nahuelbuta

13 11 12 Route 5 + PN Nahuelbuta (araucanias)1

 

Le temps s’est décidément mis au beau et le printemps est bien installé. En attestent les petits insectes volants qui rentrent quand nous laissons le camping-car ouvert en soirée ainsi que les jolies petites bêtes rencontrées dans le parc national Nahuelbuta.
 

 

13 11 12 PN Nahuelbuta (araucanias)

 

En repartant, nous nous sommes retrouvés sans bivouac alors qu’il faisait presque nuit. Dans le premier village que nous avons traversé, Cayucupil, nous nous sommes arrêtés pour demander où on pourrait stationner pour la nuit. La personne est aussitôt partie à vélo se renseigner et est revenue quelques minutes plus tard en nous indiquant qu’on pouvait la suivre. Elle nous a conduits jusqu’au terrain de foot du village, elle avait les clés et nous avons pu nous installer dans cet endroit calme, avec un grand terrain de jeu pour les enfants sans danger. Rapidement une dame est venue nous parler, il s’agissait de Yiya qui vivait juste à côté dans une jolie petite maison en bois entre celle de sa fille (et sa petite fille de 4 ans, Anais) et celle de sa mère. A partir de là, des liens se sont très vite tissés, très simplement, très sincèrement. Le lendemain, nous sommes finalement restés là. Nico s’est occupé d’essayer de trouver un système pour arranger le trou dans le plancher causé par l’explosion de la roue ainsi que le pied de la table avec l’aide de Santiago qui vivait au fond du terrain de foot. Margarita, la maman de Yiya, est venue nous chercher pour nous montrer comment elle faisait les sopaipillas et le pain et nous offrir une bonne tasse de lait frais du matin.
 

pan y sopaipillas

 

Margarita est très attachante. C’est une artiste, elle brode, fait du crochet et plein d’autres choses. La famille nous a fait des lessives et nous en a appris beaucoup sur la culture et les traditions chiliennes. Nous avons partagé un agréable repas. Le 15 novembre, quand nous avons quitté le village, les au revoirs ont été émouvants après tant d’affection, de gentillesse et de générosité. Un grand merci à ces 4 générations de femmes pour leur accueil ! 

 

IMGP4275-.jpg

 

En repartant, nous avons fait une pause au Salto del Laja, une sympathique chute d'eau de 50m de haut.

 

IMGP4289-copie-1.JPG

 

salto del laja

 

Le 16 novembre, nous avons atteint la capitale chilienne et avons été accueillis par Estelle et Christophe, un couple de jeunes français expatriés. On vous racontera tout ça....

 

 


Repost 0
Published by en-vie-dailleurs - dans Chili
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 08:50
CARTE junin frontiere  frontiere junin

 

  Le 25 octobre 2012, nous avons franchi la frontière à Futaleufu pour rejoindre le territoire Argentin et sa ville d’Esquel. Celle-ci a été notre point de départ pour parcourir le Parc National Los Alerces. Ce parc longe la cordillère et se compose d’une multitude de lacs et de montagnes plus ou moins enneigées.  Nous y avons passé 3 jours, nous avions la chance d’avoir un temps et un cadre magnifique : très paisible. La piste était vraiment mauvaise et nous avons même dû faire franchir un petit ruisseau à Valentin. Il y avait des vaches partout, en liberté. Nous avons rencontré un couple d’autrichiens qui voyagent autour du monde à durée indéterminée avec un vieux (37 ans, et oui, plus vieux que Nicolas) camion de l’armée autrichienne.

 

los alerces-copie-1

 

Nous avons ensuite continué notre itinéraire vers le Nord en passant par El Bolson, Bariloche et le Parc National Nahuel Huapi traversé par la route des 7 lacs. Evidemment, vu son nom on se doutait bien qu’on y trouverait des lacs. C’est très joli mais moins que ce à quoi on s’attendait, il faut dire que ça fait un petit moment maintenant qu’on évolue dans ce genre de paysages et notre œil est de plus en plus exigent. A nouveau, le ripio (la mauvaise piste) met Valentin à l’épreuve.

  route des 7 lacs parc nat nahuel huapi-copie-1

 

La route des 7 lacs se termine à San Martin de los Andes, la ville est touristique, assez moderne, elle est agréable même si elle manque d’authenticité. Elle se situe au bord d’un lac et est entourée de montagnes verdoyantes et majestueuses (bien sûr !). Nous bénéficions d’un vrai temps de printemps ce qui ne gâche rien ! Quand on pense qu’en France l’automne s’installe et que les chauffages se rallument, on est contents d’être dans l’autre hémisphère en ce moment.


La ville se situe en lisière du Parc National Lanin et dispose d’une entrée dans la zone Sud du parc.

 

IMGP3345'

 

 

sud PN lanin

 

Lors de notre exploration de cette dernière, nous avons eu l’occasion de visiter une école au cœur d’une communauté Mapuche. Les Mapuches étaient un peuple indien originaire de la région. Les membres faisant partie de la communauté en sont tous des descendants. Ils vivent sur des terres que l’état leur a attribuées après les avoir persécutés pendant de longues décennies.

 

02 11 12 (6)'

 

Nous leur avons proposé d’intervenir dans l’école dans le cadre de notre projet ce qui les a enthousiasmés. Quelques jours plus tard, nos enfants ont pu passer la journée en classe avec les petits argentins Mapuches pendant que nous présentions dans chaque classe notre voyage, le fonctionnement de l’école en France et que les enfants nous parlaient de leurs coutumes et de leur école. L’échange a été interactif et richissime. Lou et Noah ont pris le petit-déjeuner avec eux et nous avons tous mangé ensemble à midi, un plat typique, le locro : des haricots blancs dans une sauce avec plusieurs sortes de viandes et des légumes. Tous les élèves ont pu visiter le camping-car, même une maman qui passait par là et qui était très étonnée n’en ayant jamais vu. L’école est considérée comme une famille, tout le monde se connait très bien et les enfants appellent les enseignants « tatie » ou « tonton ». L’école se situe en pleine nature, des chiens s’installent régulièrement dans la cour, des vaches poules et moutons déambulent tout autour du bâtiment qui reste ouvert sur l’extérieur. Nous remercions chaleureusement Gabriel, Gatxie, leurs collègues ainsi que tous les enfants pour leur accueil, et les bénéfices qu’ils ont su tirer de notre intervention. Nous avons beaucoup apprécié la simplicité et l’intensité des rapports humains avec ces personnes. Les écoles partenaire de notre projet en France, recevront un topo complet.

 

02 11 12 SAN MARTIN DE LOS ANDES VISITE ECOLE MAPUCHE3'

 

En poursuivant notre route, nous avons visité, depuis Junin de los Andes, la partie nord du parc National Lanin et avons pu voir notre premier volcan avec une vraie tête de volcan. Le volcan Lanin, avec ses 3700m d’altitude est majestueux. Toujours un très beau paysage de lacs et de montagnes et toujours de la mauvaise piste !

 

01 11 12 PN LANIN1

02 11 12 (79)'

01 11 12 PN LANIN

 

Depuis le début du voyage, nous avons parcouru plus de 1000km de piste. Valentin en a beaucoup souffert et les dégâts occasionnés vont nous imposer un arrêt prolongé dans une grande ville pour que Nico puisse trouver tout ce dont il a besoin pour essayer d’arranger tout ça. Pour le plus urgent, il se débrouille très bien, heureusement car nous avons eu une fuite de gaz ce qui aurait pu être dangereux. Avec l’aide de Fabian à qui nous avions acheté une nouvelle bouteille de gaz, le système a été réparé. (pour les voyageurs, sachez qu’il s’agit d’une très bonne adresse : prix raisonnable, Fabian est sympathique, compétent et il peut recharger n’importe quelle bouteille de gaz, y compris les françaises). Nous avons également explosé un pneu, trop malmené par le ripio.

 

galères octobre


Le 2 novembre, nous sommes repassés au Chili pour y rester quelques semaines, vous en saurez plus dans le prochaine mise à jour.

Repost 0
Published by en-vie-dailleurs - dans URUGUAY-ARGENTINE
commenter cet article
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 03:24
CARTE-futaleufu.gif  fataleufu.jpg

 

Nous avons passé la frontière chilienne le 20 octobre 2012 à Chile Chico….nous commençons à avoir l’habitude… ! Nous avons contourné le lago General Carrera (nom du Lago Buenos Aires côté chilien) afin de rejoindre la Carreterra Australe (mythique pour les voyageurs….oui, encore une route mythique, comme la Ruta 40 mais il s’agit de l’unique voie qui traverse la Patagonie chilienne pour rejoindre le Nord). Nous aurions pu prendre un bac (genre de ferry) pour traverser mais nous avions envie de tenter l’aventure de cette 100aine de km de piste dangereuse que tous les autochtones nous avaient déconseillée et avions vraiment envie de voir le paysage autour de ce lac qui est le second plus grand d’Amérique du sud. Il en ressort que cette piste est tout à fait splendide et nous ne regrettons pas du tout de s’y être aventurés. Elle serpente le long du lac à flanc de montagne mais pas de photos à vous montrer malheureusement….


Après ce trajet éprouvant, nous avons fait une halte à Puerto Tranquillo qui porte bien son nom….. Nous en avons profité pour faire une sortie sur le lac : nous avons pu observer le paysage depuis l’eau et avons «visité» des grottes de marbre, pompeusement appelées cathédrale et chapelle de marbre. Le paysage était splendide et les grottes aussi on aurait dit de la crème glacée qui dégoulinait! 

 

21 10 12 Puerto tranquillo grotte de marmol

 

Le point noir est que Fannie a laissé tomber l’appareil photo dans l’eau…..haï, ouille…ça craint !Toutes les photos de la carte SD (non déchargée depuis 3 jours) ont été effacées et l’appareil ainsi que l’objectif étaient plein d’eau. Heureusement, le pilote du bateau avait très vite ressorti de l’eau l’objet précieux. Inutile de dire que ce dernier a été placé en convalescence quelque temps….en attendant de voir si le séchage permettait une remise en service.

 

Nous avons ensuite gagné la ville de Coihaique plus au Nord. Dès notre arrivée, nous avons rencontré une famille argentine, dans un parc de jeux pour les enfants où nous nous étions arrêtés afin que Lou et Noah se défoulent après qu'on ait roulé une bonne partie de la journée.

Nous sommes restés 3 jours en compagnie de Luis (et son frère Jose), Mabel et leur 3 enfants Emilia(4 ans), Renata (7ans) et Nicolas (2ans). Ils nous ont accueillis à bras ouverts chez eux où nous avons partagé les repas et en avons appris beaucoup sur la culture chilienne. Ils nous ont gentiment rendu service et nous les en remercions chaleureusement : douches, lessives, utilisation des outils de Jose (pour changer le système de fixation de la seconde roue de secours qui est passée du toit au porte vélo à l'arrière), conseils pour la route etc....Les enfants ont bien joué ensemble.

 

Nous avons ensuite continué notre chemin sur la Carretera Autrale, sous la pluie, en faisant une halte à Puerto Cisne, très joli petit port niché au creux de montagnes verdoyantes.....désolés, à ce moment là, l'appareil photo sèche encore et on n'est pas sûrs qu'il se rallume un jour (et on en est bien frustrés )!! Les photos ci-dessous ont été prises avec le petit compact offert par ELECTRODEPOT. Elles illustrent la route prise en partant en partant de ce joli pueblo. Nous avons eu la chance de voir des huemules, sorte de cerfs des andes, en voie de disparition.

 

24 10 12 Carretera

 

Les kilomètres parcourus de Puerto Cisne à la frontière argentine de Futaleufu étaient de la piste. Celle-ci, sinueuse, serpente au coeur des montagnes, dans un paysage tout à fait différent de ce que nous avons vu jusque là : les montagnes sont rapprochées et verdoyantes, on se serait crus en Amazonie. Nous étions au beau milieu de la cordillère des Andes!

 

25 10 12 Carrettera la junta esquel1

 

Nous avons rallumé l'appareil photo après 3 jours de séchange intensif et d'inquiétude. Il fonctionne mais beaucoup de buée apparait sur les écrans et l'objectif....il a du mal à faire la mise au point....

 

Le 25 octobre nous sommes repassés côté argentin à Futaleufu.

 


Repost 0
Published by en-vie-dailleurs - dans Chili
commenter cet article
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 03:00

 

Avant de passer la frontière chilienne, nous avons fait une halte à Perito Moreno (la ville, rien à voir le glacier du même nom que nous avons visité en début de mois). Cette ville ne nous a pas particulièrement plu mais nous avons eu l’occasion de visiter une de ses écoles primaire dans le cadre de notre projet ce qui nous y a conduits à y passer 2 jours. Avant de démarrer les visites, nous avions un peu attendu car Fannie voulait être plus à l’aise avec l’espagnol pour faire une bonne présentation et bien comprendre les réactions des enfants et pouvoir leur répondre. Tout s’est bien passé, nous avons été bien reçus, les élèves étaient intéressés autant que le personnel enseignant. Nous avons eu droit à un discours du directeur à propos de notre démarche devant l’ensemble des enfants. Les écoles s’étant manifestées avant notre départ recevront un petit topo complet avec photos sur le fonctionnement de cette école. Nous sommes ravis de cette première expérience dont nous nous servirons pour améliorer nos interventions futures.

 

ecole perito moreno

 

En direction du Chili, nous avons fait halte à Los Antiguos, où a lieu chaque année, en été, la fête nationale de la cerise. En effet, la région produit énormément de fruits rouges. Ce pueblo se situe au bord du Logo Buenos Aires dans un beau paysage de montagne. C'était très joli mais nous ne pouvons pas mettre de photos....explications, dans la prochaine mise à jour.

 

 

Repost 0
Published by en-vie-dailleurs - dans URUGUAY-ARGENTINE
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 02:33

CARTE TORRES los antiguos

Amerique Sud'

 

En repartant du parc Torres Del Paine, nous avons, une nouvelle fois, franchi la frontière pour rejoindre l’Argentine. A cet endroit, les postes frontières sont différents de ceux que nous avions vu jusque-là : côté chilien, il a fallu sonner pour appeler la douanière qui était visiblement chez elle, côté argentin, le douanier a dû être réveillé par un de ses collègues et s’est présenté devant nous à moitié fagoté et endormi ! Ils ont utilisé du papier carbone et un d’eux a compté sur ses doigts pour savoir combien de temps nous étions autorisés à rester sur le territoire argentin.

 

Nous avons atteint El Calafate le 6 octobre 2012 (en Argentine donc, pour ceux qui ont du mal à suivre !). C’est une ville très touristique qui fait penser à une station de ski française, il y a beaucoup d’étrangers dans les rues. Nous y avons recroisé Carine et Sébastien (les quebécois) puisque nous avons dormi sur le parking de leur auberge, au bord de la lagune Nimez : nous avions bien sympathisé avec la gérante, Fabiana. Nous avons passé 3 jours à cet endroit : le temps de se ravitailler en nourriture, carburant, de faire réparer la roue, de faire quelques démarches sur internet et de laver notre linge... Nous avons appris à mieux connaitre Fabianna, son mari Dany et leur enfants Thommy(8 ans) et Jeremia(3 ans). Ils travaillent beaucoup et sont adorables. Lou a beaucoup joué avec Thommy, la communication entre eux a été un savant mélange de mots espagnols connus, de gestes et autres dessins.
 

 

SAM 1483

 

 Fabiana donne chaque semaine des cours de cuisine pour des enfants. Elle a invité Lou à participer à l’un d’eux, elle s’y est régalée !!! Une superbe expérience.
 

 

8 octobre 2012 el calafate + cuisine

 

Lors de notre séjour à El Calafate, nous avons également rencontré une famille de français qui voyage aussi en camping-car : les Vadro et avons croisé plusieurs autres français avec qui nous avons discuté. Nous avons aussi fait la connaissance de Jose et Isa, 2 jeunes argentins (à droite sur la photo) qui voyagent en stop et qu’on a embarqués jusqu’à notre destination suivante.  Quant à Fabiana et sa famille (à gauche sur la photo), nous sommes désormais amis.

 

rencontres el calafate

 

Cette ville est le point de passage obligé pour se rendre à l’entrée Sud du parc national Los Glaciares. Nous avons passé 3 jours dans ce parc afin de profiter pleinement du Glacier Perito Moreno : un des glaciers les plus accessibles du monde et un des seuls qui continuent d’avancer (2m/jour) alors que la plupart des autres reculent. Cette imposante masse de glace est large de 5km et haute de 60m (au-dessus de l’eau, 220m en tout). C’est impressionnant même si on ne se rend pas vraiment compte de sa taille.
 

 

9 10 12 Perito moreno (53)'

9 octobre 2012 perito moreno

perito moreno1

 

 Nous avons attendu qu’un gros morceau tombe et quand c’est arrivé, Fannie a réussi à photographier toute la chute mais les photos n’ont finalement pas été enregistrées suite à un problème avec la carte SD. Il faut dire que notre matériel informatique n’est pas de haute qualité et commence à souffrir sérieusement des vibrations, secousses et poussière qui font quasiment partie de notre quotidien étant donné les pistes que nous sommes contraints d’emprunter. Le fait d’avoir bivouaqué dans le parc nous a permis d’être sur place le matin et de profiter du spectacle avant l’arrivée du flot de touristes déchargés à coup de bus ce à quoi nous sommes un peu allergiques.


Nous avons ensuite fait route vers El Chalten, à 220km de là en direction du nord pour atteindre l’entrée Nord du parc National Los Glaciares. Ce petit pueblo créé en 1985 est posé au pied du Fitz Roy et de sa chaîne de montagnes. Nous y sommes restés 3 jours et y avons fait de multiples randonnées qui ont mis les enfants carpettes mais qui étaient de toute beauté : nous avons pû admirer des condors, se rapprocher du Fitz Roy et voir des gauchos au travail, tout ça dans de splendides paysages.

 

IMGP2497

 

IMGP2480'

 

IMGP2406''

 

Lors de ces jours passés à El Chalten, nous avons vraiment senti que le printemps s’installe : températures agréables la journée, clémentes la nuit, du soleil, des fleurs et des jeunes pousses sur les arbres

 

fitz roy  

 

Nous avons rencontré ici Albane et Julien, un couple de français en voyage depuis 5 mois en Amérique du sud avec leur pick-up avec cellule. On a partagé 2 agréables soirées en leur compagnie qui furent l’occasion d’échanger nos infos respectives et nous avons été friands des leurs à propos du Pérou puisqu’ils y ont passé 2 mois et qu’ils voyagent dans le même état d’esprit que nous. 

 

Albane et julien

 

Ce pueblo vit exclusivement du tourisme mais nous avons eu l’impression que les commerçants ne le réalisaient pas étant donné leur attitude fort désagréable envers nous. On sait bien qu’il y a des c…. où qu’on soit sur terre !

 

L’étape suivante étant le Chili, nous avons dû emprunter une portion de la route 40 (enfin, si on peut appeler ça une route !!!), mythique pour les voyageurs. Nous l’avons arpentée (ou subie….) pendant 2 jours éreintants  sur près de 600km.  Cette route est le passage obligé pour remonter l’argentine du côté cordillère, il s’agit d’une piste de ripio (terre + pierres), toute défoncée. Nous y avons laissé un pneu. Notre vitesse de pointe à certains moments ne pouvait dépasser les 25km/h, nous avons croisé 5 véhicules et avons seulement traversé 2 hameaux. De quoi bien se sentir dans l’aventure ! Heureusement, cette route est en travaux et quelques tronçons étant terminés, nous avons pu rouler sur de l’asphalte à certains moments. Les paysages étaient superbes. Nous avons mangé et respiré de la poussière comme jamais. Le soir, le camping-car, à l’intérieur était recouvert de poussière.
 

 

15 10 12 (1)

 

La route 40 nous a conduits jusqu'à la frontière chilienne que nous allons passer pour faire un bout de chemin dans le pays voisin.

 

A ce stade du voyage, nous concluons que le coût élevé de la vie en Argentine va nous obliger à revoir notre itinéraire dans ce magnifique pays (inflation de 22% en un an). On est en train d'étudier la question.

Repost 0
Published by en-vie-dailleurs - dans URUGUAY-ARGENTINE
commenter cet article
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 23:13

Nous avons décidé de vous mettre désormais une carte du pays dans lequel nous sommes et une carte de l'Amérique du Sud pour que vous visualisiez mieux où nous en sommes de notre périple.

 

CARTE TORRES DEL PAINE  Amerique Sud

 

 

Le 28 septembre, nous nous sommes embourbés en Terre de feu. Grâce à l’aide de personnes sur place nous avons réussi à sortir de la bouillasse après 3h de galère.

 

embourbement ushuaia

 

Puis nous avons quitté Ushuaia avec 3 passagers supplémentaires : José, le jeune espagnol et Carine et Sébastien, le couple de québécois, tous rencontrés dans le parc National Tierra Del fuego.


rencontres ushuaia

 

 En effet, nous allons tous dans la même direction et avons décidé de faire un bout de route ensemble.

 

départ ushaia avec nos passagers


 Nous avons déposé Jose dès le lendemain à Rio Grande après qu’il ait dormi dans le camping-car par terre entre le frigo et la table alors que Carine et Sébastien ont dormi sous leur tente.

 

jose


Nous avons partagé 3 jours avec Carine et Sébastien : 2 de route et un de préparation et de planification. Ils préparaient un treck de 5 jours dans le parc National Torres del Paine et nous préparions une petite semaine de rando dans ce même parc, loin de tout. Ils ont pu vraiment se rendre compte de notre façon de voyager et nous de la leur.

Ce sont des sportifs. Entre autre, ils jouent dans leur pays au ultimate freesby à haut niveau et ont initié les enfants au freesby sur le parking avant de passer la frontière du Chili. Avant de se séparer, ils ont fait cadeau aux enfants d’un freesby de leur équipe québécoise avec leurs prénoms.

 

montage-freesby.jpg


Nous avons gagné le Parc National Torres del Paine le 1er octobre, en patagonie chilienne où ils sont partis pour leur trek et où nous avons fait plein de petites randonnées dans un cadre superbe fait de montagnes déchiquetées, enneigées, de lacs, etc… Les enfants ont été endurants.

 

montage paysages T. del P.


Un des points forts de notre séjour dans le parc national Torres del Paine a été le glacier Grey. Le prix prohibitif du bateau permettant de s’en approcher nous a empêchés d’aller le voir de près. Mais nous avons bien vu de loin cette gigantesque langue de glace prise entre deux montagnes.

 

4 10 12 Lago et glaciar grey (91)''


Nous avons vu de nombreux icebergs : immenses, de formes très variées et d’un bleu étincelant, un spectacle vraiment singulier qui a émerveillé les adultes comme les enfants. Ils étaient là, tout près de nous. Les enfants ont même pu toucher des morceaux et en ramener au camping-car ce qu’ils ont particulièrement adoré…l’occasion de se pencher sur la leçon du CNED à propos des différents états de l’eau.

 

Torres del Paine, Lago Grey1

 

ice bergs Lago Grey

 

Les 2 emblèmes du Parc National Torres del Paine sont « las Torres del Paine » et « las Cuernas del Paine ». Le fait que nous soyons entièrement libres quant aux lieux et aux horaires nous a permis de les voir parfaitement alors qu’ils sont souvent cachés par les nuages ou la brume. Deux superbes endroits.

 

LAS CUERNAS DEL PAINE

montage cuernas

 

LAS TORRES DEL PAINE

montage-torres.jpg

 

Nous ne vous avons pas reparlé des guanacos mais nous en voyons très régulièrement au bord de la route ou lors de nos balades, essentiellement depuis que nous sommes en Patagonie. Dans ce parc national, ils sont protégés et il y en a beaucoup, c’est la première fois que nous avons pu les approcher de si près à pieds.

 

montage guanaco T. del P.

 

Nous avons également pu observer nos premiers condors

 

condor torres del paine


Ces quelques jours dans ce premier parc national chilien que nous avons parcouru nous ont enchantés.  Nous avons bénéficié de nombreux épisodes ensoleillés mais le climat est rude : basses températures, vent soudain et glacial avec de puissantes rafales, crachin ou la pluie gelés.

 

Nous nous apprêtons maintenant à reprendre la route vers l'Argentine pour quelques jours où nous allons découvrir le parc national Los Glaciares.

 

 


Repost 0
Published by en-vie-dailleurs - dans Chili
commenter cet article