Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 02:46

Voilà un petit moment que nous n'avions pas mis à jour le blog. Pourtant, nous n'avons pas beaucoup bougé depuis la dernière fois, nous sommes toujours dans le nord de l'Equateur, c'est pourquoi, cette fois, nous ne mettons pas la carte d'Amerique du sud. Certains d'entre vous seront sans doute déçus de ne pas voir les photos et avoir notre récit des Galapagos....car oui, nous avons été aux Galapagos mais nous vous raconterons ça dans la prochaine mise à jour!!

 

quito carte

 

Donc, reprenons où nous vous avions laissés : à la sortie de l'Amazonie. En repartant de Puerto Misahuali, le 8 mars, nous avons repris la direction du nord du pays en évitant soigneusement Quito, grande ville que nous considérions, comme les autres, peu agréable et compliquée à pratiquer en camping-car. Nous nous sommes fait une belle frayeur en descendant la montagne car nous nous sommes retrouvés sans freins.....heureusement que Nico, toujours bon pilote, a réussi à nous arrêter sur le bas-côté, au frein à main. Les plaquettes avaient énormément chauffé et sentaient fort le brûlé, à tel point que les enjoliveurs ont fondu autour des boulons des roues. Nous avons attendu un bon moment puis testé les freins qui fonctionnaient à nouveau et avons repris la route prudemment.

 

Nous sommes arrivés à Otavalo où nous avons posé le camping-car, à l'écart de la ville, sur le parking d'un hôtel. De là, quand le ciel a bien voulu se dégager, nous avons pu voir un volcan (sur les 4 en principe visibles de cet endroit). Nous sommes également allés visiter la laguna Cuicocha à quelques dizaines de km de là. Cette lagune nous a beaucoup fait penser à la région des lacs argentine. Nous ne l'avons pas trouvée incontournable, sans doute parce que, justement, nous avons traversé, plus avant dans notre voyage, toute une région de ce type.

 

otavalo nature

Otavalo abrite un des plus grands marchés d'artisanat du pays, nous y sommes donc allés faire un tour....mais sans l'appareil photo....donc pas de photos. Effectivement, le samedi, beaucoup de chalans étalent leurs marchandises, pour beaucoup faite dans le coin mais pour une petite part "made in china".  Nous avons pris plaisir à déambuler parmis eux, mais finalement, pas plus que dans d'autres superbes marchés d'artisanat d'Amérique du Sud.

 

La ville d'Otavalo nous a également servie de base pour visiter Cotacachi. Un joli village spécialisé dans l'artisanat du cuir....inutile de vous parler des merveilles que l'on peut trouver dans ses boutiques!!!! Une jolie église trône sur la place principale et dans ses rues, on croise de nombreuses femmes en habit traditionnel. De loin, on les prend parfois pour des nones : elles portent un tissu soyeux et droit, souvent sombre, noué autour de la taille avec une belle ceinture tissée, un chemisier blanc brodé de fleurs colorées et un tissu sur la tête. Leur jupe fait beaucoup penser aux tenues des indiennes d'Inde. Quand aux hommes ils ont souvent les cheveux longs tressés dans le dos et portent un chapeau.

 

Cotacachi

 

C'est depuis Otavalo que nous avons fait notre dernière mise à jour sur le blog. C'est aussi là-bas que nous avons reçu, suite à cette dernière mise à jour, un message de Beto et Carole nous invitant à passer les voir. Il s'agit d'un couple franco-équatorien (elle française, lui équatorien) avec 3 enfants. Ils vivent aux abords de Quito, tiennent une agence de voyage et sont des amoureux de la nature, particulièrement connaisseurs de la montagne. Leur invitation étant très chaleureuse nous avons décidé de passer les voir et de rester, comme proposé un jour ou 2 avec eux.

Quand nous sommes arrivés chez eux, le contact est de suite bien passé et Lou et Noah étaient contents de trouver des copains pour jouer, avec en prime, un grand jardin avec plein de jeux pour les enfants. Leur maison est tout simplement sublimissime toute en adobe et en eucalyptus avec d'énormes poutres, dans un style greco-andaloux, d'immenses vitres etc...bref un endroit où il fait sans doute bon vivre! Beto et Carole nous ont proposé une chambre avec salle de bain pour nous....rien que cette chambre est digne des magasines déco. Nous nous sommes installés....D'abord, nous avons profité d'avoir un endroit sûr pour Valentin et de bons conseils, pour aller visiter le vieux Quito  (Quito colonial) où nous avons passé une journée agréable malgré le temps grisailloux.

 

Quito

Le lendemain, Carole et beto nous ont proposé un tour en 4X4 avec balade....nous avons bien sûr accepté et nous nous sommes régalés!! Un grand bol d'air et de sensations comme on les aime!

 

ILALO-copie-1.jpg

15 03 13 SORTIE 4X4 CORO ET BETO

 

Le lendemain, Nico a profité d'être dans une grande ville et dans un endroit plat et tranquille pour changer les plaquettes de freins. Pourtant, celles-ci n'étaient pas vieilles, à peine 3000km, nous les avions changées à Lima....mais vraissemblablement, même si Nico y avait mis le prix et avait pris des plaquette de marque, il devait s'agir de contre-façons. En effet, la garniture s'émiettait au passage de l'ongle......

 

 

changement frein quito

 

Puis, Beto et Carole nous ont amenés dans un complexe de piscines chauffées avec toboggans où nous avons passé une super journée tous ensemble, en famille.

 

Le dimanche, ils nous ont amenés voir le volcan Intisana. Celui n'a montré qu'on tout petit bout de son nez quand nous sommes repartis mais nous avons fait une super randonnée tous ensemble, dans un magnifique paysage, à 4000m d'altitude et les enfants ont super bien marché encore une fois.

 

intisana

 

intisana nous

 

Au cours de notre petit séjour chez nos hôtes, séjour qui s'est prolongé plus que prévu....nous avons partagé plusieurs repas conviviaux et délicieux (on a même eu droit à du vrai fromage et du foie gras.....si si du foie gras....hummmmm, ça nous a changé du "poulet-riz"). Nous avons beaucoup parlé et ils nous ont motivés pour aller aux Galapagos avec leur façon d'en parler et les photos sur les murs de leur maison....nous avons donc commencé à penser à la possibilité de se jeter à l'eau, au sens propre comme au sens figuré et à faire un saut là-bas...après tout, une fois en Equateur, ça aurait été dommage de ne pas se laisser tenter. On vous raconte la suite dans la prochaine mise à jour.

 

On tient à remercier Carole, Beto, Inti (8ans), Samy (6ans) et Luna (3 ans) pour leur accueil si chaleureux!!!! Une jolie pensée aussi pour Lila, jeune femme qui travaille chez eux et que nous avons trouvée absolument adorable et qui a été juste géniale avec nos enfants!!

 

quito beto carole et les enfants

Repost 0
Published by en-vie-dailleurs - dans Equateur
commenter cet article
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 14:31
misahualli CARTE-misahualli 

 

amazonie

 

Nous sommes arrivés en Amazonie le 5 mars, exactement à Misahuali. D'emblée, nous avons été plongés dans l'ambiance avec la placette de ce petit village qui est arborée et remplie de singes. Ils y sont en liberté, c'est la première fois que nous avons pu approcher ces animaux de si près. Très près même puisqu'ils viennent volontiers voler ce qu'on a dans les poches, à la main ou encore sur la tête! Les enfants ont adoré....et nous aussi d'ailleurs!!

 

misahuali singes

 

De là, nous avons organisé une escapade de 2 jours le long du fleuve Napo et dans la forêt. Nous avons donc embarqué sur une pirogue avec notre guide indigène Hugo. On s'est vraiment sentis en pleine amazonie, avec cette immense forêt sur les rives du fleuve!

 

pirogue amazonie

 

Hugo nous a conduits dans un petit coin tranquille, à 1h30 de pirogue de Misahuali, où nous avons posé nos affaires. Des cabanes au confort sommaire, pas très clean mais avec moustiquaires et toilettes, un espace commun très agréable tout en bois avec des hamacs. Tout ça au bord du fleuve avec une petite plage de sable pour faire trempette et se rafraîchir dans cette chaleur moite, au plus grand bonheur des enfants.

 

amazonie cabanas

 

Depuis cet endroit ultra-paisible, nous sommes allés en "promenade" en forêt. Hugo connait bien ce milieu et nous nous arrêtions très souvent pour qu'il nous donne des explications sur les oiseaux que nous entendions, sur les fleurs et plantes, les fruits etc...Il nous expliquait l'utilisation médicinale de certains végétaux. Nous étions chaussés de bottes et la marche n'a pas été de tout repos, pas mal de boue, des montées, des descentes etc...

 

amazonie balade forêt

 

amazonie vegetaux

 

Nous avons croisé pas mal d'insectes et petits animaux, parfois dangeureux comme une grenouille minuscule mais vénéneuse et les fourmis géantes. Heureusement que Hugo avait l'oeil aiguisé et habitué, sinon, nous serions passés à côté de mille choses.

 

amazinie insectes et autres

 

Hugo était très attentif aux enfants et agréable avec eux. Il leur a même confectionné, avec l'aide de sa machette et de matériaux de la forêt, des éventails et des chapeaux. Nos chérubins se sont transformés en vrais petits lutins!

 

amazonie chapeaux feuille

 

Il leur a également fait des "tatouages" naturels avec des plantes qui déposent une poudre blanche quand on les applique sur la peau.

 

amazonie tatouages

 

Nous avons également pu pêcher...pas grand chose, mais juste le plaisir de patienter en attendant que ça morde, dans le calme, un décor de rêve, la musique de la forêt si différente de ce qu'on a l'habitude d'entendre dans notre environnement familier.

 

amazonie pêche

 

Nous avons ensuite passé la nuit dans notre cabane, elle n'a pas pris l'eau malgré la grosse pluie et l'orage qui a éclaté pendant la nuit. Nous étions à la fois paisibles et détendus en écoutant les bruits de la forêt et à la fois un peu inquiets des petites bêtes qui pourraient se glisser dans les lits. Finalement, nous avons plutôt bien dormi, sans mauvaise piqûre ni morsure.

 

Le lendemain, nous avons eu un temps plutôt pluvieux. Nous sommes allés visiter un centre de soin pour les animaux malades ou victimes de braconage. Certains sont en semi-liberté mais beaucoup sont en cages ce qui donne un aspect un peu zoo. Cependant, tout est en plein milieu de la forêt et celà permet d'observer les animaux qui habitent la forêt amazonienne, donc qui nous entouraient pendant ces 2 jours, sans que nous ayons pu les voir en liberté dans la nature.

 

amazonie amazoonico

 

Après avoir mangé dans des grandes feuilles trouvées dans la forêt et qui nous ont servi d'assiettes, nous avons visité un "musée" qui présente les pièges utilisés par les indigènes. Ils ont été fabriqués uniquement à partir de matériaux de la forêt pour capturer ou chasser les animaux des environs. Nous avons pu assister à une démonstartion de chaque piège, et tirer à la sarbacane, c'était passionnant!

 

amazonie pièges indgènes

 

Nous sommes rentrés crevés et trempés mais nous avons adoré notre escapade et espérons pouvoir revenir en Amazonie plus longuement un jour.

 

 

 


Repost 0
Published by en-vie-dailleurs - dans Equateur
commenter cet article
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 02:12

san francisco

CARTE-san francisco cunuguachay

 

Nous sommes arrivés en Equateur le 18 février par un petite frontière, sans encombre. Nous avons fait halte une soirée à Loja, au sud du pays, afin de trouver une assurance pour Valentin car celle qui nous couvrait jusque là ne prenait pas en compte l'Equateur. Nous avons ensuite poussé jusqu'à Cuenca où nos amis Chritine et Jean-marc nous avaient vivement conseillé de nous arrêter. Par ailleurs, ils nous avaient donné les coordonnées de la famille Baculima qu'ils avaient rencontrée là-bas. En arrivant en ville, nous sommes allés directement au mirador de Turi qui permet d'avoir une belle vue de la ville depuis les hauteurs d'une colline. C'est non loin de là que vit la famille Baculima : Jessenia, Rodrigo, chantelle, keneth et Richard. Nous avons très vite rencontré cette famille, et avons de suite accroché, les adultes aussi bien que les enfants. Nous avons pu garer le camping-car en toute sécurité dans leur jardin. Ils nous avaient préparé une chambre avec salle de bain privée et ont beaucoup insisté pour que nous nous installions comme chez nous, ce que nous avons fait.

 

Les enfants ont pas mal joué ensemble ce qui a permis à Lou d'améliorer encore son espagnol. Nous avons eu la chance de faire un tour dans leur parc où ils ont de nombreux animaux.

 

Cuenca chez les Baculima
Rodrigo et Jessy ont été adorables pendant notre séjour qui s'est prolongé plus que prévu (presque une semaine), allant de bons moments en bons moments. Ils nous ont conduits partout où nous avions besoin d'aller et nous avons ainsi pu régler mille petites choses qu'on laissait en suspend sans jamais vraiment s'en occuper. Jessy nous a fait gouter une multitude de nouvelles choses : des jus de fruits, des bons petits plats etc.... Nous sommes allés aux thermes à banos, Nico est allé jouer au volley et au pocker avec Rodrigo et Fannie et Jessy ont passé de longues soirées à bavarder jusqu'à tomber de sommeil.

Nous avons également visité la superbe ville de Cuenca avec, entre autre, sa cathédrale aux 3 clochers de céramique bleue.

 

cuenca

 

Nous avons partagé tant de belles choses que nous pensons à peut-être modifier notre parcours pour repasser les voir avant de quitter le pays. Nous les remercions pour leur accueil si chaleureux, pour tous les services qu'ils nous ont rendus et pour cette nouvelle amitié.

 

famille baculima

En quittant nos nouveaux amis, nous avons pris la direction de Riobamba. La ville est agréable mais n'est pas exceptionnelle. Nous y sommes restés 2 jours à cause d'un double problème : mécanique et carte bancaire.

 

Riobamba

La façade de l'église est de toute beauté et les gens y sont sympathiques, très souriants.


Notre étape suivante nous a rapprochés un peu plus du volcan Chimborazo qui culmine à 6310m d'altitude. Nous sommes allés dans un petit village  de campagne/montagne, à 20km de Riobamba. Dès notre arrivée à san Francisco de Cunuguachay, nous nous sommes sentis particulièrement bien. Sur la route, les gens dans les champs nous adressaient de grands bonjours de la main accompagnés de jolis sourires bien larges. A notre arrivée, Valentin a de suite attiré la curiosité des gens de la communauté qui sont tous montés visiter. Nous nous sommes installés dans cette campagne, entourés de vaches, de chiens, de cochons, de lamas et de moutons.

 

Nous étions installés à Quilla Pacari, centre de tourisme communautaire. Ici, une choza (maison traditionnelle en adobe) permet d'héberger des touristes et une autre est en construction. Nous avons très rapidement eu envie de constribuer, même de façon infime, à ce projet. Nous avons donc passé une matinée à charrier des pierres, à creuser la terre et promener des brouettes tout en discutant avec les indigènes (gens natifs de la région, le mot "indigène" peut choquer mais c'est bien le terme qu'ils emploient et à juste titre puisqu'ils sont effectivement originaires du village ou de ses allentours).

 

San Francisco de Cunuguachay travaux

 

Nous les avons également aidés à réorganiser et optimiser leur coin bibliothèque et infos touristiques et Fannie a pris des photos des gens de la communauté dans l'optique de l'impression de nouvelles cartes postales qui seront vendues au profit de la communauuté. En voici quelques unes :

 

san francisco de cunuguachay portraits

 

Chaque soir, nous assistions au défilé des campesinos qui revenaient du champs avec leurs bêtes qu'ils avaient amenées paitre toute la journée. Un vrai spectacle, tout en couleurs et en sourires, fort agréable!

 

San francisco de Cunuguachay

 

Nous avons également eu la chance de pouvoir assister à un atelier de tissage organisé par Didier, un français en mission de volontariat dans une communauté voisine : Jatari. Nous y avons été bien accueillis et nous nous sommes régalés.       

 

San Francisco de Cunuguachay atelier tissage

 

Les enfants y ont vite trouvé leur place : Noah à jouer avec les petits garçons et Lou à se faire expliquer la technique du tissage par des petites filles. Un vrai régal pour nous, de voir évoluer nos petits bouts dans ce cadre!

 

noah + petit garçon indigenelou-tissage.jpg

 

Ce climat relationnel agréable et accueillant nous a donné envie, comme à Cuenca, de rester plus longtemps que prévu et nous y avons passé presqu'une semaine. Nous nous rendons compte que nous arrivons à un stade du voyage où nous avons besoin de nous poser plus souvent plus longtemps. Nous sommes sous le charme de l'Equateur et avons bien l'intention d'en profiter un max. Celà suppose de faire des choix et puisque nous avons vraiment envie de faire les escargots dans ce pays, nous devons renoncer à la Colombie, en étant bien conscients de louper quelque chose. Donc, c'est décidé, le point le plus au nord de notre périple sera le Nord de l'Equateur. Une fois là-haut, nous entamerons notre chemin du retour, en redescendant et en traversant le continent d'Ouest en Est pour atteindre la côte atlantique et pouvoir rapatrier notre camping-car par cargo.

 

Du coup, nous avons fait plein d'activités depuis ce petit village. Nous avons fait une balade guidée qui durait plusieurs heures. Nous étions accompagnés d'une dame de la communauté, Flor, et d'un lama. Flor nous a raconté un conte traditionnel en se basant sur des peintures réalisées sur de gros rochers tout au long de la balade. Elle nous a aussi parlé des plantes de la région et de leurs utilisations, des coutumes etc.... Nous avons profité de sa compagnie et de sa science une grande partie de la journée.

 

San Francisco de Cunuguachay + balde des lamas

 

Nous sommes également partis en randonnée dans la montagne avec un lama sellé pour porter les enfants en cas de fatigue. Nous avons un peu galéré car le chemin montait à l'aller (et descendait au retour) de façon assez abrupte, dans de la terre et/ou de la boue. Nous avons eu la pluie une bonne partie de la ballade.

 

Balade sans francisco cunuguachay avec lama sellé

 

Enfin, nous avons également pu intervenir dans une école d'une communauté voisine. Nous avons beaucoup appris des petits élèves équatoriens qui se sont avérés interessés et curieux tout comme le personnel enseignant. Nous y avons été très bien accueillis et avons passé quelques heures agréables et instructives. Nous espérons qu'ils ont apprécié notre intervention autant que nous avons apprécié la visite!

 

Visite ecole equateur

 

En repartant nous avions tout de même un petit regret : ne pas avoir vu le volcan Chimborazo. En effet, nous avons eu mauvais temps toute la semaine et si nous n'avions pas su qu'il y avait un volcan, nous ne l'aurions pas deviné tellement celui-ci était caché par les nuages. Nous n'avons même pas une photo à vous montrer!

Nous avons ensuite mis le cap à l'Est en direction de l'Amazonie. Nous avons fait une halte à Banos, le 4 mars. Cette petite ville est aux portes de l'Amazonie. On y est déjà entourés de montagnes à la végétation luxuriante dont le sommet est souvent caché dans la brume mobile.


Nous vous raconterons notre petite escapade en Amazonie dans notre prochaine mise à jour.

 

 

Repost 0
Published by en-vie-dailleurs - dans Equateur
commenter cet article
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 22:00
perou arequipa-copie-1 CARTE-arequipa perou-copie-1

Nous tenons tout d abord a remercier tout le monde pour vos nombreux et chaleureux commentaires....on s en delecte chaque fois mais cette fois vous avez ete plus nombreux que d habitude et ca nous a fait tres plaisir!

Il faudra nous excuser pour cet article redige depuis un ordinateur d Equateur avec un clavier bien different de celui que nous avons l habitude de manier ce qui influe sur les accents et la ponctuaction notamment.

Nous avons oublie de vous raconter dans notre derniere mise a jour qu en repartant du Machu Pichu, nous avons tombe le pare choc arriere sur la route.

05-02-13--2-.JPG

Pour la suite de nos aventures, nous nous sommes arretes a Salinas qui abrite un site inca de salins concerves et encore utilises pour extraire du sel dans la montagne. Un site tres joli.

Salinas

Nous avons ensuite visité Maras, tout près de là. Un petit village calme, adorable, authentique, tout en adobe. Des encadrements de portes sculptés jalonnent ses ruelles. Nous avons adoré Maras.

maras

 

Nous sommes ensuite revenus sur la cote et avons remonte tout le pays. Notre premiere halte s est faite a Lima sans que nous ayons vraiment visite la ville. Nous y avons retrouve Elodie et Aurelien, un couple de jeunes francais voyageurs qui etaient avec nous sur le cargo et qui sejournaient a Lima aussi. Nico en a profite pour changer les plaquettes de freins et trouver d autres pieces mecaniques. Nous y sommes restes quelques jours.

lima

En continuant notre chemin vers le Nord, nous avons fait une pause a Huanchaco, une station balneaire bien agreable aux doux airs de vacances. Nous avions un bivouac agreable dans le jardin d un hotel, calme avec piscine et tortues.

La toute petite araignée noire avec une tâche rouge que vous voyez en haut à gauche du montage n’est pas plus grande qu’un ongle mais est redoutable, c’est une veuve noire qui se baladait tranquillement sur la paroi de la piscine.

 

Huanchaco bivouac

La plage etait propre, avec un superbe paysage de montagnes et des petites embarcations de roseau traditionnelles les caballeros de totora.

Huanchaco plage

 

 

Tout près de Huanchaco se trouve le site archéologique de Chan-Chan. Il s’agit des restes d’une cité d’adobe de la culture Chimù qui a co-existé avec la culture inca et qui a d’ailleurs disparu sous la conquête de cette dernière. Le site a été restauré et fait l’objet d’actions de conservation. On s’y est baladés, observant les bas-reliefs sculptés de formes géométriques, poissons, oiseaux de différents sortes etc… 

chanchan

chan chan détails

 

De là, nous sommes allés visiter la Huaca de la Luna, autre site archéologique. La Huaca de la Luna date de la civilisation Moche. Nous avons d’abord visité le musée, splendide, moderne avec de magnifiques pièces de poterie et d’or. Les photos étant interdites, on ne peut rien vous en montrer. Nous avons ensuite visité les ruines avec un guide français et c’était passionnant aussi bien pour les petits que pour les grands. Les enfants n’ont cessé de poser des questions au guide. La cité est très bien conservée, il y a de nombreuses peintures murales en couleur, plusieurs niveaux, on s’est régalé !

huaca de la luna

huaca-de-la-luna2.jpg

En face de la Huaca de la Luna, se trouve la Huaca del sol. Celle-ci ne sera visitable que dans plusieurs années car elle fait l’objet de fouilles et ne ressemble encore qu’à une colline, une magnifique colline on peut dire !

huaca del sol

Continuant notre route vers le Nord nous avons traversé le désert de Sechura (enfin, n’allez pas croire que nous avons roulé dans du sable et de la terre, c’est tout simplement la route qui le traverse !).

Plus loin, à Lambayeque, nous avons visité le musée Tumes Reales de Sipan. Celui-ci concerne la culture Moche également et comporte 3 niveaux impressionnants et passionnants ! Nous avons adoré à part Noah qui s’est un peu ennuyé. Nous le recommandons à tous les voyageurs qui passeraient par là. Encore une fois les photos étant interdites, il faudra nous croire sur parole !! Y sont exposés de nombreux objets d’or, des reproductions de tombes royales avec leurs offrandes etc….des scènes de vies etc…. L’éclairage est magnifique : les salles sont plongées dans le noir, seules les vitrines sont éclairées.

Lambayeque Sipan

Nous avons ensuite repris notre chemin en direction de l’Equateur dont nous avons passé la frontière le 18 février.

 


 

 

 

Repost 0
Published by en-vie-dailleurs - dans Pérou
commenter cet article
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 21:42
perou machu pichu CARTE-machu pichu perou

Lors de notre dernière mise à jour nous vous avions laissés à Arequipa. Nous y sommes restés 2 jours, profitant de la cour d'un hôtel pour se poser un peu avec wifi, eau à volontée pour faire les lessives, accès facile au joli centre ville.... Cette ville se situe au pied de 3 volcans et est contruite dans un style colonial aux pierres de couleur claire. Nous avons eu plaisir à nous promener dans ses rues sous un climat clément....voire même un soleil de plomb à certains moments.

AREQUIPA

 

Nous avons ensuite mis les voiles pour rejoindre la côte que nous prévoyions de longer jusqu'au Nord du pays. Nous avons fait une première halte à Nazca. Dans cette région, il y a un désert dans lequel se trouvent des tracés mystérieux figurant des animaux, mains et arbres associés aux signes du zodiaque. Les scientifiques, archéologues etc... recherchent encore leur origine. Ces immenses lignes sont essentiellement visibles du ciel ce qui implique de se payer un tour en avion, ce que nous n'avons pas fait. Nous avons simplement vu 2 figures depuis un mirador en métal situé le long de la panaméricaine. Nous avons vu, depuis son sommet, l'arbre et les mains à 9 doigts.....pas incontournable!!

 25 01 13 NAZCA 

 

Notre arrêt au mirador, nous a permis de rencontrer plusieurs voyageurs francophones qui faisaient du stop et que nous avons amenés jusqu'à notre prochaine étape : Ica. De là, nous avons continué quelques kilomètres pour visiter l'oasis de Huacachina où nous avons passé une nuit. L'ambiance y est très babacool et bien agréable.

huacachina

 

Nous avons craqué pour un tour en buggy dans les dunes de sable avec descentes en sandboard. Le paysage était splendide, on se serait crus au milieu du sahara. On s'est éclatés!!

huacachina buggy

huacachina nous

 

De là, nous avons mis le cap sur la réserve nationale de Paracas, en bord de l'Océan Pacifique, plus haut sur la côte. Grâce à internet, nous avons pu y retrouver nos amis Christine, Jean Marc et leur fils Eliott. Ils ont commencé leur périple en mai dernier au canada et parcourent jusqu'à mai 2013 l'Amérique du Nord et du Sud. Nos chemins se sont croisés à Paracas pour notre plus grand plaisir à tous!!!!

paracas avec jean marc et christine

 

Nous avons parcouru ensemble cette superbe réserve et les enfants ont bien joué sur la plage. Nous avons papoté et papoté et papoté, à se raconter nos aventures, nos coups de coeur et nos impressions sur le voyage au long cours en famille.

PARACAC

 

Ensemble, nous avons pris un bateau afin de nous rapprocher des Islas Ballestas appellées aussi Galapagos du pauvre. Cependant, si la faune est effectivement variée (lions de mer et beaucoup de sortes d'oiseaux), ce nom est bien pompeux. Les paysages y sont magnifiques et la quantité d'oiseaux impressionante!

islas ballestas faune

islas ballestas paysages

 

Le bateau passait devant le Candelabre : une immense figure tracée au sol (comme les lignes de Nazca), résistant aux intempéries et au temps, sans que l'on en connaisse ni la signification ni l'origine.

islas ballestas candelabre

 

Nous avons décidé de tenter l'aventure du Machu Pichu avec nos amis. En effet, l'accès à ce mythique site inca se fait le plus souvent en train. Cependant, nous étions presque prêts à renoncer à nous y rendre étant donné le prix prohibitif du billet de train (125 dollars par personne). Il existe un autre moyen d'y accéder mais c'est tout un périple, surtout en saison des pluies comme actuellement. Nous avons donc fait route avec nos amis et sommes repassés avec eux à Huacachina. Nous avons refait un tour de buggy mais cette fois avec la famille brun. On s'est, à nouveau, bien amusés et avons pu apprécier le paysage.

huacachina avec christine et jean marc

huacachina nous'

 

De là, nous avons dû rouler 2 jours complets pour parcourir les 650km nous séparant de Cuzco. Une route escarpée nous conduisant succéssivement à plusieurs cols dans un paysage agréable de montagne verdoyante. Cuzco est une ville agréable bien que très touristique. L'architecture coloniale domine dans la construction des édifices. Nous avons trouvé ici les dernières informations nécessaires à la préparation de notre périple jusqu'au Machu PIchu : état des pistes, distances, itinéraire etc....

CUZCO

 

De Cuzco, nous avons pris la route du village de Santa Theresa que nous avons atteint en 1 jour et demi après une halte pour la nuit à Ollantaytambo. Tout le long de ces 8 heures de route, des sites archéologiques, des ruines incas etc..... Le paysage est splendide : des routes sinueuses au milieu de montagnes dont la couleur et la configuration nous font déjà penser à ce que nous avons vu en photos du Machu Pichu.

route cuzco-aguas calientes

 

Après avoir fait 6h de route sur de l'asphalte jusqu'à Santa maria, nous attaquons la piste de terre qui conduit à Santa Theresa puis à Hidroelectrica. Nous mettons 1h30 pour parcourir 37km. La piste, sinueuse, à flanc de montagne longe le fleuve tumultueux, en hauteur, sans rambarde. Les glissements de terrain sont fréquents ici en saison des pluies et nous devons éviter des éboulements qui ont simplement été poussés sur un côté. La plupart du temps, 2 véhicules ne peuvent pas se croiser. Nous passons plusieurs passages à gué plus ou moins profonds. Une fois nous avions le choix entre un pont supposé ne pas résister à notre poids et franchir une rivière large et assez profonde. 

aguas calientes route pour y aller

 

Il a fallu se jeter à l'eau et nous avons choisi de tenter de passer le gué. Les 2 camping-cars sont passés sans encombre mais pas sans frayeur!

aguas calientes route pour y aller''

 

Nous avons enfin atteint la centrale électrique Hidroelectrica où nous devions stationner nos véhicules pour partir au Machu Pichu. Nous avons donc laissé Valentin sur un petit parking en plein milieu de la centrale qui fonctionne jour et nuit. Après y avoir passé une nuit, nous avons pris le chemin d'Aguas calientes, petit village au pied du Machu, seulement accessible en train ou à pieds. Après une courte montée au milieu de la végétation luxuriante, nous avons rejoint les rails du train que nous avons dû suivre pendant 11km. 

hydroelectrica a aguas calientes

aguas calientes caminata

 

Le chemin n'a pas été de tout repos : s'il était plutôt plat, il fallait marcher sur des pierres, faire bien attention au train, passer parfois sur les rails pour franchir des ponts. Mais les paysages étaient à couper le souffle, nous marchions avec nos amis Christine, Jean Marc et Eliott et nous avons pu admirer une superbe flore et de jolis petits insectes. Les enfants ont, encore une fois, très bien marché!

03-02-13-de-hydroelectrica-a-aguas-calientes.jpg

aguas calientes papillons

 

En milieu d'après midi, nous avons enfin atteint, bien fatigués, Aguas Calientes, petit village niché au creux des montagnes brumeuses et verdoyantes. Nous y avons trouvé un petit hôtel correct pour passer la nuit et nous sommes baladés dans le village.

03-02-13--49--.jpg

 

Le lendemain matin, le 2 février, nous avons dû mettre le réveil à 4h45 pour pouvoir prendre un des premiers bus qui allait nous faire parcourir des 8 derniers kilomètres de pure montée nous séparant du mythique Machu Pichu. Nous sommes arrivés sur le site à 6h, au lever du jour avant les hordes de touristes. Nous avons été conquis dès que nous l'avons vu!! Il s'agit d'un des plus beaux endroits que nous ayons vus depuis le début de notre voyage. Nous avons vu les ruines complètement dégagées, puis se couvrir d'une brume qui monte et qui fait disparaître le site en quelques minutes, nous l'avons vu également, seulement entouré de petites écharpes formées par cette brume! Un spectacle fascinant. Les paysages qui entourent les ruines incas sont de toute beauté...difficiles à décrire .... tout ça a été très émouvant, nos efforts pour atteindre le site ont été amplement récompensés.

DSC06582.JPG

machu pichu

machu pichu embrumé

Nous avons été très heureux de partager ces moments extraodinaires avec Christine, Jean Marc et leur petit Eliott.

machu pichu montage'

machu pichu montage

 

Une fois la visite terminée, il a fallu faire le chemin retour. Cette fois, une bonne partie sous un crachin désagréable....nous sommes arrivés sur les rotules (11km la veille, levés ultra tôt, balade dans les ruines et 11 km retour....).

Nous avons ensuite repris la piste pour rejoindre l'asphalte. La piste était encore plus mauvaise que lors de notre passage aller et les passages à gué plus difficiles : il avait plu et les éboulements, bien que dégagés, avaient laissé beaucoup de terre et de cailloux sur l'étroite voie. Jean marc et Christine se sont fait peur en calant dans l'eau et nous avons crevé. Mais nous sommes finalement arrivés à Ollantaytambo où nous avons fait une soirée crêpes pour notre dernière soirée ensemble en voyage. 

Ces 10 derniers jours auront été marquants dans notre année de voyage car nous avons vu de superbes choses que nous avons pu partager avec nos amis. Tous ces repas, rigolades, ces jeux pour les enfants nous ont permis de faire le plein de relationnel et d'affection car les gens que nous aimons continuent de nous manquer!!!!!.....sans compter que sans les Bruns, nous n'aurions peut-être pas tenté la magnifique aventure d'aller au Machu Pichu par nos propres moyens!

 


Repost 0
Published by en-vie-dailleurs - dans Pérou
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 20:13

Nous venons de recevoir des nouvelles de Nikos et Manu, les journalistes qui tournaient un reportage sur notre périple, devant être diffusé à l'émission zone interdite au printemps 2013.

 

Il semblerait qu'un changement éditorial ait bouleversé l'objectif et la programmation des tournages prévus. Ils ne nous rejoindront donc pas en amérique du sud pour terminer le tournage commencé lors de des préparatifs et de notre pot de départ.

 

Nous n'en sommes pas affectés sur le plan personnel cependant, nous sommes très embêtés vis à vis de nos partenaires/sponsors qui ne pourront pas bénéficier de cette visibilité médiatique alors que pour certains, notre passage à zone interdite avait était décisif dans la conclusion d'un partenariat.

 

Nous regrettons vivement ce changement soudain et nous en excusons auprès de nos partenaires/sponsors même si tout ça est indépendant de notre volonté.

Nous retenons malgré tout que chacun des partenariats conclus a donné lieu a une belle rencontre.

 

Nous renouvellons nos remerciements à


logo ed 0touareg2
LOGO CHASSE TR2SOR image noliana
avi-fr Capture TRAMONTANA
LOGO 3(1) logo hydroflask-copie-1

 

 

Pour en savoir un peu plus

sur la contribution de chacun d'eux à notre périple, rendez-vous ICI

 

 

 

 

Repost 0
Published by en-vie-dailleurs - dans ils parlent de nous
commenter cet article
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 19:00
perou arequipa  CARTE-arequipa perou

Juste après avoir passé la frontière, nous avons été arrêtés par la police péruvienne qui est parvenue à nous soutirer 2€ après de longs échanges plutôt vifs ! Nous avions Puno comme destination et sur la route nous y menant, 4 barrages de police en 100km, et chaque fois, nous nous sommes faits arrêtés en tant que porte feuille ambulant susceptible de donner de l’argent. Nous avons réussi à ne plus rien donner.

Nous sommes arrivés à Puno, sur la rive péruvienne du lac Titicaca le 16 janvier. Nous avons trouvé un garage fermé et gardé pour Valentin et avons rayonné dans la ville à partir de là grâce aux taxi -moto notamment.

 

moto taxi puno

 

Nous somme ensuite partis pour 2 jours sur les îles du lac. Nous avons pris un « promène couillons » (expression de la grand-mère de Fannie) dans lequel nous avons navigué plusieurs heures parmi les autres touristes.

 

titicaca-bateau.jpg

 

Notre première escale s’est faite sur l’île Amantani où nous avons été accueillis par Esther dans sa petite maison d’adobe. Nous y avons déposé nos affaires en prévision d’y passer la nuit. Puis, après qu’elle ait revêtu son habit traditionnel,  elle nous a conduits tout en haut de la montagne où se déroulait la fête à la Pachamama (terre mère). Celle-ci a lieu une fois par an, le 17 janvier, nous avons eu la formidable chance de pouvoir y assister : un festival de musique, de couleurs,  de danse et de sourires radieux de la part des péruviens ! Un souvenir inoubliable.

 

fête amantani

ISLA AMANTANI1

17 01 13 ISLA AMANTANI

 

La fête se déroulait au sommet de l’île entre les 2 collines : Pachamama et Pachatata. Nous avons gravi le chemin abrupt qui conduisait au temple de la Pachamama et permettait une vue magnifique sur l’île en contrebas.

 

ISLA AMANTANI2

 

Bien fatigués nous sommes retournés en fin de journée chez Esther où elle nous a préparé un petit repas ultra simple dans sa cuisine plus que rustique…. Nous sommes ensuite allés nous coucher dans nos lits aux sommiers de roseaux. La nuit, température proche de zéro et porte en tôle mais beaucoup de couvertures !

 

isla Amantani famille

 

Le lendemain nous avons fait un tour par temps pluvieux sur l’île Taquile, couverte de cultures en terrasses.

 

Isla Taquile

 

Enfin, avant de rentrer à Puno, le bateau a fait halte sur une des îles de l’ensemble appelé Uros : les fameuses îles flottantes de roseaux du lac Titicaca.

 

uros titicaca

Islas Uros

Cette courte visite a été plus que décevante pour nous : il est évident que les gens ne vivent pas sur ces îles contrairement à ce qu’ils voudraient faire croire. Une mise en scène mal orchestrée nous a tout de même permis d’en apprendre un peu plus sur la fabrication de ces jolies îles flottantes et de fouler le sol en roseaux de ces habitats qui ont tout de même abrité pendant des siècles un peuple qui fuyait les agressions des incas.

De retour à Puno, nous avons retrouvé Fannie et Flavien, un couple de français qui voyagent à vélo et que nous avions rencontrés quelques jours plus tôt. Nous avons passé avec eux et un couple de péruviens, une très agréable soirée dans une pizzeria. En rentrant en taxi au camping-car, Nico a oublié le sac à dos dans le taxi. Celui-ci contenait tous les papiers importants et même indispensables pour circuler. Heureusement, un hasard extraordinaire, nous a permis de retrouver le central de la compagnie de taxi qui a lui-même retrouvé le chauffeur qui avait assuré la course et qui nous a rapporté notre sac qui avait été retrouvé par un autre client……tout ce petit monde honnête, n’a rien pris dans le sac et a été grassement remercié.

 

L’étape suivante a été Arequipa, au sud du Perou. Ici nous sommes redescendus à 2200m d’altitude et les températures ont donc été plus clémentes, nous avons ressorti les shorts et débardeurs.

On vous en parle dans la prochaine mise à jour.

 


Repost 0
Published by en-vie-dailleurs - dans Pérou
commenter cet article
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 23:18
Carte BOLIVIE-copacabana  CARTE-capacabanaBOLIVIE

Nous sommes restés à La Paz du 8 au 12 janvier.

 

la paz

 

Nous avons bivouaqué sur le parking de l’aéroport de la plus haute capitale du monde (3800m d’altitude). Pas très glamour mais très pratique car calme (pas d’avions la nuit), sécurisé, bien desservi par les transports en commun, wi-fi …. Notre petit séjour dans cette ville nous a permis d’en arpenter les rues profitant ainsi de tout un tas de marchés différents :

- marché aux sorcières avec, entre autre ses célèbres fœtus de lamas séchés (supposés porter bonheur quand ils sont enterrés au pied d’une maison qu’on construit)

- marchés d’artisanat

- marché de quincaillerie

- marché aux fruits et légumes etc ….

 

9 et 10 01 13 La Paz


Nous nous sommes plu à nous perdre parmi la population autochtone dans les rues montantes et descendantes d’altitude et à manger dans les « comedor popular », échoppes vendant des repas peu chers et vraiment locaux, comme nous le faisons depuis que nous sommes en Bolivie. Nous adorons ça malgré les nombreuses mises en garde sur l’hygiène, effectivement douteuse, pas aux mêmes normes qu’en France !!!!

 

la paz 1

Nous avons ensuite pris la route du mythique lac Titicaca. Pour atteindre Copacabana nous avons dû mettre Valentin sur une barge à San Pablo de Tiquina afin d’atteindre l’autre rive du lac. Dans ce pueblo, nous avons croisé beaucoup de véhicules hornés de fleurs, revenant de la bénédiction à Copacabana.

 

san pablo de tiquina

 

A partir de là, nous avons longé le fameux lac et avons pu en apprécier les superbes paysages.

 

lac titicaca

 

Nous avons atteint Copacabana le 12 janvier et nous nous y sommes installés pour quelques jours.

 

copacabana

 

Nous avons flâné dans ses rues, fait quelques achats d’artisanat et pu approcher sa magnifique cathédrale.

 

cathedrale copacabana

 

Nous avons pris un bateau pour aller visiter l’Isla del sol.

 

bateau pour isla del sol

 

Cette île est censée être celle qui a vu naître le dieu soleil. Le bateau nous a déposés au nord et nous avons parcouru l’intégralité du chemin jusqu’à son sud pour pouvoir reprendre un bateau jusqu’à Copacabana en fin de journée. La randonnée est d’environ 12km et il faut bien avouer que c’est éreintant à cette altitude (4000m), d’autant que le dénivelé est important. Les enfants ont marché tout le long sans rechigner et on en est très fiers ! Les paysages que nous avons traversés étaient de toute beauté. Nous nous sommes régalés même si nous sommes rentrés complètement nazes !

 

isla del sol lac titicaca

isla del sol - copacabana2

Copacabana est, comme le reste du pays, une ville entourée de  magnifiques paysages mais visiblement la population n’est pas du tout sensibilisée à la protection et au respect de l’environnement. Des déchets jonchent les bords du lac et cela est aggravé par la présence de chiens errants partout qui fouillent et éparpillent les poubelles.

 

Copacabana ordures

 

Le 15 janvier, nous avons pris la route menant au Perou afin de quitter la Bolivie pour la retrouver dans quelques mois, lors de notre retour du côté atlantique du continent afin de mettre Valentin sur un cargo pour le ramener en France. Au passage de la frontière, nous avons été victimes de la première tentative de corruption depuis le début du voyage. Nous sommes chanceux car d’autres voyageurs ont été confrontés à ce problème dès l’Argentine et le Chili. Bref, nous nous en sommes bien sortis avec une contribution de seulement 10bols, soit environ 1€.

 

Pour en savoir plus sur le début de la partie péruvienne de notre aventure, rendez-vous dans la très prochaine mise à jour.

 

 


Repost 0
Published by en-vie-dailleurs - dans Bolivie
commenter cet article
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 04:08
Carte_BOLIVIE-la-paz.gif CARTE-la-paz-BOLIVIE.jpg

Nous avons passé 6 jours à Sucre. Nous nous étions installés avec Valentin dans un joli petit jardin appartenant à des boliviens qui le mettent à dispositions des voyageurs moyennant finance, un de ces bons plans qui se passe de blog en blog. Ce jardin n'est pas attenant à leur maison, il y a de l'herbe, de belles fleurs, une salle à manger, une salle de bain avec douche chaude ainsi qu'une cuisine, le wifi....alors on n'a pas craché sur un peu de confort en cette période de fêtes de fin d'année. Cet emplacement est très pratique car très proche du centre et à la fois très calme et bien sécurisé.

Nous avons donc rayonné dans la ville blanche tous les jours. Sucre est bien différente des autres villes de Bolivie que nous connaissions. Elle est truffée de magnifique bâtiments coloniaux avec une place centrale arborée très agréable.

  02 01 13 SUCRE

   

Nous ne nous sommes pas lassés d'arpenter les ruelles du marché de Sucre avec ses sections "petits déjeuners", "bananes", "avocats", "oeufs-fromages", "pâtes", "fruits", "légumes" etc...


sucre marché

 

..... et surtout sa section "comida popular" où nous avons mangé copieusement tous les midis pour moins de 3€ à nous 4. Enfin, nous pouvons manger local à petit prix et on est ravis de ne pas avoir à préparer à manger tout en découvrant la nourriture bolivienne. Nous mangions assis au milieu des locaux, sur de longue tablées. il ne fallait pas trop être attentifs à l'hygiène mais nous n'avons pas du tout été malades! 

 

repas sucre

 

Avant de changer d'année nous avons fait une chasse au trésor : "à la recherche des sons perdu". Une activité à la fois poétique, douce et mystérieuse créée par Cassandre Alberti du site Roule ta bouille. Le nécessaire avait été imprimé avant le départ et les enfants ont eu leur petite invitation et se sont régalé à jouer. Merci infiniment Cassandre pour ta participation à notre projet en nous faisant profiter de tes créations.

 

31 12 12 SUCRE + CHASSE AU TRESOR

 

Cet endroit confortable nous a permis de nous poser un peu : lessives, école avec envoi des évaluations, envois des voeux et skype à volonté pour la bonne année avec ceux qui ont pu se connecter.... Nos amis Cécile et Guillaume, avec qui nous étions allés aux geysers de Tatio, nous ont rejoints une journée et nous nous sommes baladés ensemble.

 

Le 1er janvier, nous avons passé le cap des 6 mois en voyage.

 

Nous sommes repartis de Sucre le 3 janvier 2013. Notre halte significative suivante s'est faite dans les environs de Potosi, à Ojos del inca, un superbe site avec 2 bassins d'eau thermale à 30°. Nous y avons bivouaqué et avons profité d'une agréable baignade pendant que d'autres se lavaient dans l'eau du bassin d'à côté (no comment...) ou que d'autres encore faisaient leur lessive.

 

ojos del inca

   ojos del inca baignade

 

 

  Et nos enfants grandissent et s'épanouissent dans ce voyage

     enfants   

La route a ensuite été longue jusqu'à notre prochain point d'intérêt : le parc national de Sajama. Toujours de la bonne route asphaltée à péage et toujours de superbes paysages. Des enfants mandiaient au bord de la route pendant que leurs parents travaillaient au champs ou gardaient le troupeau de lamas (ou d'alpagas ou de vaches). Tout le long, des petits hameaux (ou simplement une habitation parfois) en adobe avec toit de paille, souvent délabrés. Nous en voyons au bord des routes depuis le début de notre voyage en Bolivie.

 

petit village bolivien

villages près sajama

 

A notre arrivée à Sajama, nous avions un temps couvert mais nous avons pû faire une balade dans le village avant que le froid de la nuit, lié à l'altitude (4300m, températures négatives la nuit) ne tombe. Ce village semble être en partie abandonné alors qu'il ne l'est pas. Tout en adobe, au milieu des volcans, il sert de base pour visiter le parc national.

 

sajama église avec volcan

 

Nous avons assisté à un coucher de soleil spectaculaire par ses couleurs chatoyantes très particulières qui donnaient une dimension très spéciale au paysage volcanique.

 

sajama coucher de soleil

 

 Le lendemain nous avons eu un temps magnifique et avons pu profiter du parc toute la journée, en compagnie de Léa et Julien, un jeune couple de français que nous avons pris en stop le matin et avec qui nous sommes restés jusqu'à l'heure d'aller se coucher.

Le volcan Sajama est splendide!

 

sajama volcan

 

Comme les bords de la route qui y conduit, le parc national Sajama foisonne de lamas et d'alpagas. Ces 2 bêtes sont de la même famille mais l'alpaga est plus poilu, a de plus petites oreilles et a une tête de nounours (voir la photo du milieu/bas sur le montage). Le lama est élevé pour sa viande et l'alpaga pour sa laine.

 

lamas sajama

 

Nous avons ensuite fait route vers La Paz, ce sera dans le prochain épisode!

 

 


Repost 0
Published by en-vie-dailleurs - dans Bolivie
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 05:05
Carte BOLIVIE SUCRE CARTE SUCRE BOLIVIE 

 

Le 22 décembre nous avons passé la frontière de Bolivie en quittant définitivement le Chili. D’emblée, nous avons été plongés dans une autre « époque » : le matériel de la douane est nettement plus sommaire que ce que nous avons vu jusqu’alors aux différentes frontières. Nous somme accueillis agréablement par un douanier armé jusqu’aux dents. 

 

22 12 12 Frontière bolivienne

 

Nous circulons dans l’altiplano (plateau d’altitude) au milieu des volcans et de beaux paysages à près de 4000m d’altitude avant d’arriver à Uyuni. Il s’agit de la première étape de notre voyage en Bolivie. Les maisons sont en adobe, peu de trottoirs, beaucoup de déchets et la plupart des femmes sont vêtues d’habits traditionnels : jupe bouffante, 2 tresses jusqu’aux fesses, chapeau typique et souvent, un tissu coloré en guise de sac à dos ou porte bébé. En dehors de la place touristique, nous aimons flâner dans Uyuni, son marché local, ses rues en terre et ses boutiques d’artisanat. Cependant, il n’est pas facile (voire impossible) d’entrer en contact avec la population qu’on a toujours l’air de dérranger et qui n’est franchement pas accueillante.
   uyuni

 

Nous prenons ensuite la direction de Colchani, porte d’entrée du Salar d’Uyuni, plus grande étendue salée au monde. Cette ancienne mer est très étendue, à tel point que quand on circule dessus, on n’en voit plus les limites.

 

dans cet environnement si particulier, les proportions paraissent démesurées....

 

salar uyuni photos rigolottes  

 

…..et on se sent parfois pousser des ailes ! 

 

UYUNI salar

 

Nous avons dormi 2 nuits et donc passé Noël dans le salar, à côté de l’île Incahuasi. Celle-ci surgit du sel avec ses innombrables cactus. Même si nous étions au milieu de nulle part, le Père Noël a réussi à nous trouver, comme en ont témoigné, les petits cadeaux sur la table au réveil du 25.  

 

SALAR UYUNI ISLA INCAHUASI

NOEL 2012

 

Nos déplacements dans le Salar, nous ont permis de le voir sous ses différents aspects : blanc sec, blanc mouillé, recouvert d’eau, blanc tout plat ou petits tas de sel, jolis dessins en nid d’abeille ou surface irrégulière……un vrai ravissement pour les yeux (à condition d’avoir de bonnes lunettes de soleil !).
 

SALAR Uyuni

 

Pour quitter cet endroit si spécial nous avons dû franchir une étendue d’eau qui rendait le sel meuble…nous n’en menions pas large au moment de faire traverser Valentin et avons tous poussé un cri de joie en atteignant la terre ferme !
 

DANS L4EAU

 

Ce périple dans cette étendue de sel a rendu valentin méconnaissable de saleté. Conscients des dégâts pouvant être occasionnés par une telle quantité de sel qui s’immisçait partout, nous lui avons offert un grand nettoyage !
 

  valentin Uyuni

 

Nous avons ensuite offert 2 jours de repos à Valentin. En effet, nous avons décidé de faire une excursion en 4X4 avec une agence spécialisée, dans le Sud Lipez. Cette région est réputée magnifique mais peu (voire pas) praticable en camping-car classique durant la saison des pluies. Maintenant que nous y sommes allés, nous pouvons confirmer que les paysages y sont grandioses et que nous n’aurions absolument pas pu passer avec notre véhicule. 

 

Sud lipez 4X4

 

Notre premier arrêt s’est fait au pied du volcan Ollague, proche d’une formation de roche rouge abritant un type de mousse verte très particulière. 


26 12 12 1er jour 4X4 sud lipez1

 

Nous avons ensuite pu approcher l’arbol de piedra. 

 

sud lipez arbol de piedra

 

Nous avons fait halte au bord de plusieurs lagunes, toutes plus belles les unes que les autres. Nous avons vu des vigognes et lamas en troupeaux, des flamands roses etc... 

 

lagunes sud lipez

 

Avec, comme cerise sur le gâteau, la Laguna Colorada, la reine de toute, la plus belle ! Elle doit sa couleur à des algues et des planctons dont se nourrissent un nombre incalculable de flamands roses qui vivent sur ses rives.
 

laguna colorada sud lipez

 

Nous vous passons les détails sur « l’hôtel » miteux ++ dans lequel  nous avons dormi à 4800m d’altitude par -5° ! (électricité de 19H30 à 21H30 par groupe électrogène, donc pas de lumière la nuit…on vous laisse imaginer l’état des toilettes communes le matin….pas de chauffage….).
Après une nuit peu reposante, nous avons passé le cap des 5000m d’altitude pour atteindre les geysers de Sol de la manana. Si le site était impressionnant, il reste toutefois, pour nous, moins époustouflant que celui de Tatio (voir précédente mise à jour). 

 

geysers sol de manana

 

Sur notre itinéraire retour, nous avons fait halte, entre autre, à la Valle de Roca, à nouveau un très bel endroit.
 

sud lipez valle de rocas

 

Ce périple hors du commun pour nous, nous a conduits, au pied de volcans, à travers des déserts de sable, de pierres, au bord de lagunes multicolores, au cœur de formations rocheuses atypiques et vertigineuses, nous avons dû franchir des passages à gué etc….Un superbe souvenir (en dehors de l’hôtel !).

 

sud lipez le long de la piste

 

Quittant Uyuni, nous avons roulé jusqu’à Potosi, par une route asphaltée (mais à péage) très agréable au milieu de superbes paysages. Nous avons pris 6 personnes en stop et fannie a été bien frustrée de ne pas pouvoir les prendre en photo dans le camping-car (les boliviens rencontrés jusqu’alors ne veulent pas être pris en photo) car finalement, en arrivant à potosi, nous étions 10 dedans!
Une fois établis au terminal de bus, nous avons circulé en « micro » (minibus de transport public) et nous avons adoré ça ! Nous avons pu profiter de la ville de jour comme en soirée et avons, comme nous en avons pris l’habitude depuis que nous sommes en Bolivie, mangé local à petit prix (mais pas toujours dans des conditions d’hygiène au top). Nous avons ainsi gouté du lama et des rellenos de pommes de terre, entre autre, pour moins  de 4€ pour nous 4.
Comme à Uyuni, les femmes exécutent de dures tâches, à tous âges et les enfants travaillent aussi. Depuis le début de notre voyage  c’est la première fois que nous sommes en contact avec une population si pauvre.

 

Potosi

A Potosi, nous avons trouvé que les gens étaient beaucoup plus accueillants et souriant qu’à Uyuni, ce qui nous a un peu rassurés pour la suite de la partie Bolivienne de notre périple, pourvu que ça dure !!!

 

Pour la fin de l'année, nous nous sommes installés quelques jours à Sucre. Un couple accueillant propose son jardin clos pour les camping-cars, à 2 pas du centre ville. Nous avons également la possibilité d'utiliser une salle de bain avec eau chaude, une kitchenette et une salle à manger. Ce petit confort va nous permettre de récupérer après ces 2 semaines passées entre 4000m et 5000m d'altitude. On vous racontera ça la rochaine fois.

 

 

Repost 0
Published by en-vie-dailleurs - dans Bolivie
commenter cet article